SALM-DYCK Constance de Théis dit La Muse de la Raison
7 septembre 1767 à Nantes - 13 avril 1845 à Paris
Société(s)

Biographie :
fille de Marie Alexandre de Théis (1738-1796). Elle se fait connaître dès l’age de dix-huit ans par des poèmes publiés dans l’Almanach des Muses.En 1794, elle écrit une tragédie, Sapho, sur une musique de Martini, qui obtient un énorme succès. C’est la première femme admise au lycée.On lui doit aussi un roman, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme sensible en 1824. En 1829, elle écrit un recueil de Pensées qui sera réédité par Pongerville en 1846.
Elle épouse en 1789 un chirurgien riche et distingué, M. Pipelet de Leury, et s’établit à Paris., elle en divorce rapidement et épouse ensuite Joseph de Salm-Reiffercheidt-Dyck, comte de Salm-Dyck et du Saint-Empire jusqu’à la Paix de Lunéville, et fait prince de Salm par le Roi de Prusse en 1816.
Le couple s’installe à Paris en 1809, dans l’hôtel de Ségur, rue du Bac. La comtesse y tient un salon littéraire très brillant jusqu’en 1824.Elle reçoit Alexandre Dumas, La Fayette, Talma, Jussieu, Alexander Von Humboldt, des artistes comme Girodet, Grétry, Houdon, Pajou, Pierre-Narcisse Guérin, Carle Vernet... Son salon, très mélangé était ouvert à tous les courants, tous les idéologues, comme aux libéraux de La Décade philosophique. On y croise aussi bien le Faubourg Saint-Germain que la noblesse d’Empire, ainsi que beaucoup de francs-maçons de la loge des Neufs Sœurs.
Rédacteur(s) de la notice : Martine François
Fiche créée le 30/10/2008 - Dernière mise à jour le 23/10/2009