AMANDRE Ferdinand d', Antoine Ferdinand
14 mai 1751 à Soing (Haute-Saône) - 19 avril 1823 à Lons-le-Saunier (Jura)
Société(s)
membre dès la création de la Société (1818)

Biographie :
propriétaire.

D'ancienne noblesse chevaleresque comtoise, le comte d'Amandre, qui n'avait pas émigré pendant la Révolution, se rallie immédiatement au Consulat ; il est nommé d'office au conseil général dès le 3 juin 1799. Il fait fonction de conseiller de préfecture en 1804 puis de sous-préfet de Lons-le-Saunier en 1811, tout en siégeant au collège électoral de département. Son ralliement à la Restauration, lui, n'est pas circonstanciel : il se range parmi les ultra-royalistes et il est maintenu au conseil général jusqu'en 1819 et au conseil de préfecture jusqu'à sa mort. Ses compétences administratives sont cependant discutées et sa fortune souffre de la faillite du notaire de Maynal auquel il avait confié la gestion de la terre d'Onoz (Jura) . Il est toutefois électeur censitaire à 1 259 F. en 1820.
Son fils Henry, lui, se pique de littérature et d'art, et est fort lié avec son cousin Louis René Simon de Vaulchier du Deschaux avec lequel il échange une correspondance riche de détails culturels entre Paris et la Comté.
Sources biographiques :
Claude-Isabelle Brelot, Grands notables du Premier Empire, n° 4, Jura, Doubs, Haute-Saône, Paris, Editions du C.N.R.S., 1979, 182 p.
Claude-isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Belles-Lettres, 1992, 1243 p. en 2 tomes (index des noms à la fin).
Rédacteur(s) de la notice : Claude-Isabelle Brelot
Fiche créée le 11/04/2013 - Dernière mise à jour le 11/04/2013