GERRIER Valérie Désiré Gustave
21 mars 1821 à Strasbourg (Bas-Rhin) - 30 juillet 1884 à Saint-Didier (Jura)
Société(s)
membre résidant au chef-lieu (1868-1882)

Signature :
Biographie :
Juge de paix à Lons-le-Saunier
Fils d’Adrien et de Virginie Gerrier, il est par sa mère le petit-fils de Pierre François Désiré Gerrier (cf. fiche à ce nom).
Il a épousé le 26 avril 1856 Léonie Gérard, de Geudertheïm. Gustave Gerrier, à 15 ans, aurait servi de messager dans l’entourage de Louis Napoléon Bonaparte après l’échec du coup d’état de Strasbourg. Les deux familles semblent très liées au souvenir bonapartiste par leur amitié avec Valérie Masoyer.
Avocat stagiaire en 1841 à Lons, président de l’ordre l’année suivante, il semble quitter la ville de Lons-le-Saunier en 1847 ou 48 pour Besançon où il devient avoué d’instance mais y revient comme juge de paix sous le Second Empire après son mariage. Il est en effet nommé juge de paix à Nozeroy le 14 mars 1863, puis à Voiteur (11 novembre 1865) et enfin à Lons-le-Saunier (16 octobre 1867, 1er octobre 1870 et 26 avril 1871). Il est admis à la retraite le 18 janvier 1884.
Jean Baptiste Perrin (cf. fiche à ce nom) en a fait son co-héritier au cas où la ville de Lons-le-Saunier refuserait son legs.
Il est membre de la Société d'émulation du Jura (1868-1882)
Sources biographiques :
Arch. dép. Jura 4 E 38/39
Souvenirs familiaux de Mme Loutz-Gerrier
Jean-Claude Farcy, Annuaire rétrospectif de la magistrature, XIX-XXe siècles, en ligne.
Publications du savant :
Sans publication connue
Rédacteur(s) de la notice : Jean Michel Bonjean
Fiche créée le 01/03/2017 - Dernière mise à jour le 27/04/2017
© copyright CTHS-La France savante.