142e congrès, Pau, 2017 - Circulations montagnardes, circulations européennes

jeudi 27 avril 2017 - 09:30


IV. Des montagnes explorées, étudiées et représentées

Sous-thème : IV.3. La montagne, cadre et source d’inspiration

Chapitre : Session « Transmission des savoirs par cartographie »

Titre : Anthropologie d'une horizontalité

La montagne est une ligne brisée sur l’horizon : une horizontalité. Quand Eugène Casalis et Thomas Arbousset sont arrivés en 1833 chez les Sotho, dans le Drakensberg, ils ont reconnu un dessin familier. Cette empreinte paysagère partagée a-t-elle suffi ensuite à créer une proximité et au-delà une solidarité montagnarde entre les Africains et les religieux ? Sur ce sujet, les descriptions, notamment insérées dans les journaux missionnaires, offrent des pistes insuffisantes ou des pointillés. La ligne est aussi écriture. Les mots transmis s’articulent parfois en poèmes. Les pionniers ont été romantiques par génération et à leur façon. Dire à leurs lecteurs les « ethoko » des Sotho ou les « izibongo » des Zulu (louanges traditionnelles) fait écho à la composition d’un chant en occitan. La montagne, lieu poétique, devient la ligne à tirer de l’horizon pour sonder le lien.


Mme Laurence ESPINOSA, docteur en anthropologie associée au laboratoire ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités), EA 3002, université de Pau et des pays de l'Adour, vacataire à l'ITS (Institut du travail social) de Pau