142e congrès, Pau, 2017
Circulations montagnardes, circulations européennes

III. Des passages : contraintes et dynamiques

Sous-thème : III.1. Les montagnes : frontières naturelles, frontières culturelles

Chapitre : Session « Transmission des savoirs par cartographie »

Titre : Les montagnes du Jura : entre contrainte topographique et vecteur de diffusion à la fin du Paléolithique supérieur (15 000 - 11 000 avant le présent)

S’inscrivant dans la grande dépendance de l’homme à l’égard de son milieu, les axes naturels participent depuis toujours à la définition des sociétés nomades dont la mobilité se basait sur une quête spatiale et saisonnière des ressources naturelles. Soumis aux variations climatiques et environnementales, leurs mouvements s’affranchissaient également des considérations géographiques et topographiques. Scène d’une intense occupation à la fin de la dernière glaciation, l’arc jurassien abrite de nombreux témoignages du passage des derniers chasseurs-cueilleurs. Plusieurs dynamiques de peuplement sont observées entre 15 000 et 12 000 avant le présent. Elles montrent, sous le prisme de l’approvisionnement en matières premières lithiques, des orientations techniques et économiques, de l’art mobilier et des objets de parure, que ce territoire se trouvait, à la fin du Paléolithique supérieur, à la croisée de plusieurs expressions, et formait un réseau social fortement entrecroisé du Jura méridional au lac de Constance.


M. Gérald BÉREIZIAT, archéologue, lecteur en lettres modernes à l'université Heidelberg et professeur de français à l'Institut de Français, membre du laboratoire PACEA (De la Préhistoire à l'actuel, culture, environnement et anthropologie), UMR 5199, CNRS, université Bordeaux 1