142e congrès, Pau, 2017
Circulations montagnardes, circulations européennes

III. Des passages : contraintes et dynamiques

Sous-thème : III.2. Chemins de terre et chemins d’eau

Titre : Identification de voies antiques de franchissement du Jura par analyse LiDAR (détection par laser)

La question du franchissement protohistorique ou antique des hauts reliefs du massif du Jura et des incidences des tracés de circulation sur le peuplement de cette région frontalière de montagne reste à ce jour mal résolue du fait d’investigations archéologiques peu nombreuses. Les prospections LiDAR (détection par laser) aéroportées réalisées sur le secteur des Fourgs (France), à plus de 1000 m d’altitude, ont permis d’identifier avec précision des vestiges de voies inédites susceptibles de correspondre à l’un des axes du réseau dit d’Agrippa, vecteur de la romanisation, reliant la Séquanie à l’Helvétie à travers la montagne jurassienne. Les premiers éléments de datation établis à partir du mobilier métallique, paraissent indiquer une fréquentation focalisée sur les Ier, IIe et IIIe siècles de notre ère. Les voies identifiées sont connectées à un ensemble de sites cultuels et militaires antiques récemment mis en évidence sur le versant suisse du relief. À terme, le développement des prospections archéologiques autour de ces voies et les résultats d’études paléoenvironnementales en cours sur cette zone (séquences sédimentaires de tourbières) devraient contribuer à mieux comprendre les modalités de l’anthropisation du haut Jura durant l’Antiquité, encore trop souvent considéré comme un désert forestier jusqu’aux prémices du second millénaire.
Co-auteurs :
Arthur BARBIER, Murielle MONTANDON, Daniel DAVAL, Steve LEHMANN, Valentin CHEVASSU, Hervé RICHARD, Émilie GAUTHIER, Matthieu THIVET


M. Vincent BICHET, géologue, membre du laboratoire Chrono-environnement, UMR 6249, CNRS, université de Franche-Comté