142e congrès, Pau, 2017
Circulations montagnardes, circulations européennes

I. Circulations montagnardes d'hommes et de biens

Sous-thème : I.3. Familles et migrations

Titre : Poser les bases d'une saisie de l'émigration pyrénéenne occidentale à partir des registres consulaires de Montevideo (1832-1839)

Le 26/04/2017 - 09:30

Basques, Béarnais et Bigourdans ont fourni au XIXe siècle la plus grande part de l'émigration française vers le Nouveau Monde. Mais, parce qu'elle fut étalée sur le siècle, dispersée en de nombreux pays, diverses dans ses causes et surtout parce que la source que constituent les passeports a largement disparu, elle ne connaît pas, hormis localement, la notoriété de celle des Bas-Alpins, Haut-Saônois ou Rouergats, pourtant plus limitée. Des sources existent néanmoins qui permettent de poser des jalons pour analyser et situer ce phénomène migratoire dans l'ensemble national. Sera ainsi présenté un dépouillement des deux premiers registres d'immatriculation des Français au consulat de Montevideo (1832 à 1839), première direction de masse vers l'Amérique du Sud. Ces registres, conservés au Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN) permettent d'analyser, de croiser et de cartographier les données suivantes : origine des immatriculés, âge, trajectoire, métier et degré d'instruction (lié à la signature) avec déjà quelques résultats étonnants.


Mme Ariane BRUNETON, ethnologue, chargée de cours à l'université de Pau et des pays de l'Adour, département d'histoire, membre associée du laboratoire ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités), EA 3002

Membre des sociétés savantes :
Association mémoire collective en Béarn, Présidente
Société des sciences, lettres et arts de Pau et du Béarn, Membre


Mme Mélanie LE COUÉDIC, docteur en archéologie, ingénieur de recherche en analyse de sources, membre du laboratoire ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités), EA 3002, université de Pau et des pays de l'Adour et membre associée au laboratoire CITERES-LAT (Cités, territoires, environnement et sociétés-Laboratoire archéologie et territoires), UMR 7324, université de Tours François-Rabelais, CNRS