142e congrès, Pau, 2017
Circulations montagnardes, circulations européennes

Table ronde des sociétés savantes
Chapitre : Session « Transmission des savoirs par cartographie »

Titre : Les défis du numérique comme moyen de communication interne et externe pour une petite association

Les AEAB sont une petite association dont l’activité s’organise autour d’une double polarité :
* travailler avec des organismes extérieurs (assistance à la restauration d’édifices ou d’objets mobiliers), mais aussi intéresser de nouveaux adhérents sans l’apport desquels l’association ne pourra survivre.
* faire connaître le patrimoine religieux du Béarn.
Dans ces deux domaines, l’existence d’un site internet est devenue à la fois une nécessité et une charge face à laquelle elle se trouve bien démunie. Elle dispose aujourd’hui d’un site qui se présente sous la forme d’un blog (http://eglises-anciennes-bearn.blogspot.fr/)
-Un blog offre l’avantage d’être souple et simple à gérer, de pouvoir accueillir un grand nombre d’informations, d’images, de faciliter les échanges interactifs etc. En contrepartie, et parce que c’est un blog, il n’est pas toujours facile pour l’utilisateur (1) de savoir quelle information est disponible sur le site ou (2) d’accéder à une information ancienne puisque le principe même du blog est de construire, insertion après insertion, un empilement chronologique d’informations.
-L’existence de ce blog induit une évolution des moyens d’information et de communication traditionnels : journal papier/journal électronique/blog, courrier postal/ courriels/blog et pose des questions nouvelles : quelles informations donner à tous, quelles informations réserver aux adhérents ? Quelles informations protéger contre les risques de vol ? Se pose en particulier l’importante question de l’informatisation des inventaires liée à celle du récolement. Autre question : Peut-on aller jusqu’à mettre sur le blog des liens permettant des visites virtuelles ?
Quoi qu’il en soit, les AEAB manquent de personnes ressources compétentes :
-D’autres solutions que le blog existent : le site internet plus classique ; facebook et autres réseaux sociaux. Faute de compétences suffisantes en interne, ou de moyens financiers permettant de confier cette tâche à un organisme extérieur, elles ont dû être abandonnées (le site internet « classique ») ou n’ont pas pu être sérieusement envisagées (facebook).
-L’usage du numérique doit être pensé comme un moyen en relation de complémentarité avec d’autres. Il ne peut y avoir de solution tout numérique.


Mme Catherine PUTZ

Membre de la société savante :
Amis des églises anciennes du Béarn, Secrétaire