Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Eure

Dictionnaire du département : Eure

Précédente Page 4 sur 234 Suivante

Amfreville-la-Campagne,

— Ansfredivilla, 1091 (cart. de la Trinité-du-Mont).

— Humfrevilla, 1206 (cart. de Saint-Ouen de Rouen).

— Anfrevilla in Campania, 1243 (L. P.).

— Amfridi, Amfredi villa in Campania (dom Pommeraye, p. 567 et 596).

— Anffrevilla, 1312 (L. P.).

— Anfreville-la-Campaigne, 1403 (aveu du baron du Neubourg).

— Amffreville-la-Campagne, 1429 (taxe des sergenteries de Conches).

— Anffreville, xve siècle (dénombr. de la vté de Conches).

— Affreville, 1520 (reg. de la charité de Surville).

— Anfreville-la-Champaigne, 1562 (arrière-ban) et 1603 (not. d’Amfreville).

— Anfreville, 1717 (signature du seign.).

chef-lieu de canton ; plein fief de haubert, relevant du comté d’Évreux.

— Anc. château fort.

Amfreville-les-Champs,

— Amfrevilla in Campis, 1258 (p. d’Eudes Rigaud).

— Affrenvilla, 1271 (rôle cité par Saint-Allais).

commune du canton de Fleury ; siége de deux prébendes du chapitre de Rouen, et seigneurie dépendant de la collégiale du Grand-Andely.

Amfrevilles (Les),

lieu-dit à Puchay.

Amfreville-sous-les-Monts,

— Anfredi villa, 1207 (ch. de Gautier de Coutances).

— Anfresvilla, Anfreivilla subter monte, vers 1208 (ch. de Robert Poulain).

— Enfreville, 1631 (Tassin, plans et profilz).

— Anfreville-sur-les-Monts, 1750 (Tourolle).

— Anfreville-les-Monts, 1824 (l’Ermite en province).

commune du canton de Fleury.

Amfreville-sous-les-Monts,

dérivation du bras artificiel de la Seine.

Amfreville-sur-Iton,

— Umfrevilla (peerages anglais).

— Anfrevilla super Yton, 1431 (lettre de Henri VI).

— Anffreville, 1589 (aveu de Henri de Silly).

commune du canton de Louviers ; plein fief de haubert.

Ami-Morel (Pont de l’),

sur la grande ligne de Routot à Saint-Georges-du-Vièvre.

Amoureux (Ruelle aux),

à Incarville.

Amoureux (Ruelle aux),

à Surville.

Amoureux (Sentier des),

à Louviers.

Ampenois,

— Opines, 1058 (l’abbé Caresme).

— Opinies, vers 1101 (hist. manusc. du Bec).

— Opignie, 1131 (hist. manusc. du Bec).

— Hopennie, vers 1156 (cart. de Mortemer).

— Openies (cart. de Fontaine-Guérard).

— Aupenies, 1256 (cart. de Saint-Amand).

— Houpenies (p. d’Eudes Rigaud).

— Aupenois, 1419 (Beaurepaire).

— Aupenais, 1429 (Beaurepaire).

— Aupenoye, 1512 (L. P.).

— Aupenaye, 1514 (Floquet).

— Ampenois (Cassini).

— Ampenois, 1750 (Tourolle).

— Aupenaie, Aupenais (L. Dubois).

alias Openes, nom primitif de Bourg-Beaudouin, ou plutôt localité voisine absorbée après plusieurs siècles (L. P.) ; ancien démembrement du domaine de Charleval, 1750 (Tourolle) ; au xviiie siècle encore existait le titre de seigneur d’Ampenois et de Bourg-Beaudouin.

Ancienne-Soierie (L’),

lieu-dit à Vernon.

Ancienne-Tuilerie (L’),

maison isolée, à Dangu.

Ancien-Presbytère (L’),

hameau de Saint-Christophe-sur-Condé.

Anciens Quinconces (Prairie des),

à Navarre.

Andé,

— Andeicum, 1207 (ch. des Deux Amants).

— Notre-Dame d’Ondé, 1419 (arch. nat.).

— Ondey, 1738 (Saas) et 1781 (Bérey).

commune du canton de Louviers.

Andé (Bras d’),

sur la Seine.

Andé (Île d’),

— Ende, 1516 (P. Goujon).

sur la Seine, devant Andé, au territoire de Saint-Pierre-du-Vauvray.

Andé (Ponts d’),

deux ponts jetés sur la Seine, substitués en 1862 à un bac d’origine immémoriale entre Saint-Pierre-du-Vauvray et Andé, reconstruits en 1873-74.

Andelle,

— Andesla, viie siècle (Mabillon, Annotationes ad vitam sancti Condedi).

— Andella, 1152 (Robert du Mont) et 1207 (ch. de Gautier de Coutances).

— Endalia (p. d’Eudes Rigaud).

— Andele, vers 1191 (reg. Phil. Aug.).

— Adela, 1643 (Grisel, Fasti Rothomagenses).

— Indella (Adrien de Valois).

— Andelius fluvius, 1702 (Th. Corneille).

— Andeleius fluvius (Baudrand).

rivière qui traverse du N.E. au S. O. l’extrémité du canton de Lyons et le canton de Fleury sur une longueur de 26 kilomètres, passant par Vascœuil, l’Île-Dieu, Perruel, Perriers, Transières, Charleval, Fleury, Radepont, Douville, Pont-Saint-Pierre, Romilly ; reçoit les ruisseaux du Crevon et du Héron, puis la petite rivière de Fouillebroc, grossie de la Lieure et du ruisseau de Sainte-Catherine, et se perd dans la Seine entre Amfreville-sous-les-Monts et Pitres.

Précédente Page 4 sur 234 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays