Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Gard

Dictionnaire du département : Gard

Précédente Page 180 sur 267 Suivante

Rebouls (Les),

ferme, commune de Mars.

Rebudel,

— 1428 (arch. du château de Saint-Privat) ;

1607 (arch. commun. de Colias).

quartier, commune de Colias.

Recargon,

quartier, commune de Bréau-et-Salagosse.

Recès (Le),

quartier, commune de Bréau-et-Salagosse.

Recodier,

— La Colongue-de-Rieucodié, 1555 (arch. départ. G. 167).

ferme et filature, commune de Sumène.

Recodier (Le),

— Riucoderius, 1323 (chap. de Nimes, arch. départ.).

— La Recoudière (carte hydr. du Gard).

ruisseau qui prend sa source à Saint-Roman-de-Codière et se jette dans le Rieutort ou Ensumène à Sumène.

Récollets (Les),

— Fratres Minores conventus Nemausi, 1222 (Mén. I, notes, p. 101, c. 1).

— Perpresia Fratrum Minorum, 1380 (comp. de Nimes).

monastère de Frères Mineurs, en dehors et près des murs de Nimes.

La chapelle de ce monastère était devenue, après la Révolution, l'ancienne église paroissiale de Saint-Paul, démolie il y a vingt ans, et qui a laissé son nom à la place Saint-Paul.

Récollets (Les),

ancien couvent, hors des murs de Bagnols.

Reculan,

— Reculant, 1546 (J. Ursy, not. de Nimes).

— Reculans, 1789 (carte des États).

ferme, commune de Saint-Gilles.

Rédarès,

ferme, commune de Génolhac.

Rédarès (Le),

ferme, commune de Vabres.

Redessan,

— Villa Rediciano, in comitatu Nemausense, 909 (cart. de N.-D. de Nimes, ch. 197).

— In terminium de villa Rediciano, in territorio civitatis Nemausensis, 936 (cart. de N.-D. de Nimes, ch. 57).

— Reditiano, 943 (cart. de N.-D. de Nimes, ch. 80).

— Redeciano, 963 (cart. de N.-D. de Nimes, ch. 82).

— Redazanum, 1208 (Mén. I, pr. p. 64, c. 1).

— Redessanum, 1306 (Mén. I, pr. p. 63, c. 1) ;

1322 (Mén. II, pr. p. 34, c. 1) ;

1384 (dén. de la sénéch.).

— Ecclesia de Redessano, 1386 (rép. du subs. de Charles VI).

— Redessan, 1435 (rép. du subs. de Charles VII) ;

1539 (arch. départ. C. 1773).

— Le prieuré Saint-Jean-Baptiste de Redessan, 1658 (insin. eccl. du dioc. de Nimes).

canton de Marguerittes.

Redessan faisait partie de la viguerie et du dioc. de Nimes, archiprêtré de Nimes. — On y comptait 28 feux en 1322, 6 en 1384, et en 1744, 50 feux et 240 habitants. — La terre de Redessan était du nombre de celles qui furent données à Guillaume de Nogaret. — La haute et basse justice en appartenait au seigneur de Manduel. — Ce lieu ressortissait à la Cour royale ordinaire de Nimes. — Redessan porte : d'argent, à une tour de gueules crénelée, maçonnée de sable, surmontée d'un bras armé, de même, sénestrée d'un ruisseau ondé de gueules, mis en pal.

Redier,

ferme, commune de Sommière.

Redonnel (Le),

— Mansus de Redonello, jurisdictionis et parrochiæ de Mandagoto, 1472 (A. Razoris, not. du Vigan).

— Redonnet, 1789 (carte des États).

hameau, commune de Mandagout.

Redonnel (Le),

ferme, commune de Pommiers.

Redonnels (Les),

— Redonnel, 1789 (carte des États).

hameau, commune de la Rouvière (le Vigan).

Redoussas,

— Mansus de Redasassio, 1345 (cart. de la seign. d'Alais, f° 35).

— Redoussas, 1733 (arch. départ. C. 1481).

hameau, commune de Laval.

Regagnas,

— Mansus de Reganhacio, parrochiæ de Viridisicco, 1468 (A. Razoris, not. du Vigan).

— Mansus de Reganhata, 1513 (A. Bilanges, not. du Vigan).

hameau, commune de Vissec.

Régal (Le Vallat-de-),

ruisseau qui prend sa source sur la commune d'Arre et se jette dans l'Arre sur le territoire de la même commune.

Réganart (Le),

— 1356 (arch. départ. G. 335).

quartier, commune de Fontanès.

Regen (Le),

ferme, commune de Saint-Alexandre.

Réginarié (La),

hameau, commune de Tornac.

Régis,

— Mansus de Regis ; Traversia de Regis, parrochiæ de Vicano, 1513 (A. Bilanges, not. du Vigan).

ferme, commune du Vigan.

Régordane (La),

— Sylva quæ vocatur Regudana, ad Portas, 1050 (Hist. de Lang. II, pr. col. 210).

— P. de Recordana, 1157 (Mén. I, pr. p. 36, c. 1).

— Merces quæ vehuntur in Alestum per Regordanam, 1349 (cart. de la seign. d'Alais, f° 48).

forêt, communes de Portes et de Génolhac, traversée par la voie romaine qui allait de Nemausus à Gabalum.

Régos,

— W. Regossa, 1238 (Lay. du Tr. des ch. t. II, p. 318).

— Pié-Regnon (cad. de Montdardier).

montagne, commune de Blandas.

— Emplacement d'un oppidum celtique.

Reille,

ferme, commune de Crespian.

Remoulins,

— Castrum de Remolinis, 1121 (Gall. Christ. t. VI, p. 304).

— P. de Remolinis, 1149 (Ménard, t. VII, p. 720).

— R. de Remolinis, 1210 (cart. de la seign. d'Alais, f° 3).

— P. de Remolinis, 1241 (cart. de N.-D. de Bonh. ch. 32).

— Locus Remolinarum, 1376 (arch. comm. de Remoulins).

— Locus de Remolinis, 1383 (Mén. III, pr. p. 54, c. 2) ;

1384 (dénombr. de la sénéch.) ;

1391 (Mén. III, pr. p. 106, c. 1) ;

1420 (J. Mercier, not. de Nimes).

— Locus de Remolinis, Uticensis diocesis, 1474 (J. Brun, not. de Saint-Geniès-en-Malgoirès).

— Ecclesia Nostræ-Dominæ de Betlhem 181de Remolinis, 1474 (J. Brun, not. de Saint-Geniès-en-Malgoirès).

— Remoulins, 1551 (arch. départ. C. 1332).

— La seigneurie de Remolins, 1567 (lettr. pat. de Charles IX).

— Le prieuré Sainct-Martin de Remoullins, 1620 (insin. eccl. du dioc. d'Uzès).

— La communauté de Remoulins, 1620 (arch. départ. C. 1298).

— Remolins, 1694 (Armor. de Nimes).

arrondissement d'Uzès.

Remoulins faisait partie de la viguerie de Beaucaire et du diocèse d'Uzès. — C'était le chef-lieu d'un des neuf doyennés de ce diocèse. — Le prieuré de Remoulins était uni au chapitre de Saint-Didier d'Avignon. Il avait pour annexe Saint-Frédémou (voy. Saint-Vérédème). — On comptait à Remoulins 12 feux en 1384, et en 1744, 85 feux et 400 habitants. — La terre de Remoulins faisait originairement partie du domaine royal ; elle passa ensuite à l'ancienne maison d'Uzès, puis à celle de Crussol. — Remoulins devint, en 1790, le chef-lieu d'un canton du district d'Uzès qui ne comprenait que quatre communes : Castillon-du-Gard, Fournès, Remoulins et Saint-Hilaire-d'Ozilhan. — Les armoiries de Remoulins sont, d'après l'Armorial de Nimes : de sable, à un pal losangé d'argent et d'azur ; et d'après Gastelier de la Tour : de gueules, à un ormeau de sinople entre deux tours ; le mot remoulin partagé.

Précédente Page 180 sur 267 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays