Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Marne

Dictionnaire du département : Marne

Précédente Page 253 sur 305 Suivante

Saint-Thiébault,

lieu-dit, commune de Châlons-sur-Marne.

Saint-Thiébault (La Pièce de),

lieu-dit, commune de Sarry.

Saint-Thierry,

— Abbaye d'hommes de l'ordre de Saint-Benoît, fondée dans la première moitié du vie siècle, par saint Thierry lui-même, In monte cui vocabulum est Or, ixe siècle (vie de S. Thierry, apud Mabillon, acta ss. ord. S. Benedicti, t. I, p. 616).

— Cœnobium Sancti Theodorici, 922 (arch. adm. de Reims, t. I, p. 71).

— Villa Sancti Theodorici, 1126 (arch. adm. de Reims, t. I, p. 279).

— Sanctus Theodoricus, 1129 (S.-Thierry, l. 71).

— Sanctus Teodoricus, 1142 (S.-Thierry, l. 71).

— Saint Thederique, vers 1222 (livre des vass. de Champ.).

— Sanctus Theodoricus juxta Remis, 1238 (cart. de S.-Thierry, f° 153 r°).

— Saint-Tierri, 1254 (S.-Thierry, c. 3, l. 22).

— Saint-Thierri, 1271 (cart. de S.-Thierry, f° 342 v°).

— Sanctus Theodoricus prope Remis, 1272 (cart. de S.-Thierry, f° 295 r°).

— Saint-Thieri, 1274 (cart. de S.-Thierry, f° 354 v°).

— Saint-Thierri deleiz Rainz, 1279 (cart. de S.-Thierry, f° 420 v°).

— Saint-Therry, Saint-Tierris, 1328 (arch. adm. de Reims, t. II, p. 553 et 559).

— Saint-Thierr. delez Reins, 1342 (S.-Thierry, c. 4, l. 32).

— Saint-Thierry emprès Reins, 1350 (arch. adm. de Reims, t. III, p. 6).

— Saint-Thierry lez Reins, 1352 (arch. adm. de Reims, t. III, p. 23).

— Saint-Thiéry, 1358 (arch. adm. de Reims, t. III, p. 108).

— Saint-Thierry au Mont d'Or, 1522 (S.-Thierry, c. 2, l. 16).

— Saint-Thiéry lès Reins, 1542 (S.-Thierry, c. 2, l. 15).

— Sainct-Thierry du Mont d'Or-lez-Reims, 1556 (arch. lég. de Reims, c. 3, l. 22).

— Montdor, 1793 (Puiseux, p. 306).

— Mont-d'Or, 1794 (arch. nat., F1 7).

canton de Bourgogne.

Saint-Thierry faisait partie, en 1789, de l'élection de Reims et était régi par la coutume de cette ville. Son église paroissiale, diocèse de Reims, doyenné d'Hermonville, était dédiée à saint Hilaire ; l'archevêque de Reims en était collateur.

Saint-Thomas,

— Altare de Sancto Thoma, 1096 (prieuré de S.-Thomas).

— Ecclesia Sancti Thome secus castellum Viennense, 1126 (arch. adm. de Reims, t. I, p. 281, n° 1).

— Ecclesia Sancti Thome prope castrum Viennense, 1154 (arch. adm. de Reims, t. I, p. 329).

— Sanctus Thomas de Vienna, Sanctus Thomas juxta Viennam, 1184 (prieuré de S.-Thomas).

— Sanctus Thomas juxta Viayne, 1303-1312 (arch. adm. de Reims, t. II, p. 1102).

— Sanctus Thomas juxta Vienne, 1346 (arch. adm. de Reims, t. II, p. 1029).

— Bel-Air-sur-Aisne, 1793 (Puiseux, p. 306).

— Montaisme [lisez Montaisne], 1794 (arch. nat., F1 7).

canton de Ville-sur-Tourbe.

En 1789, Saint-Thomas faisait partie du Clermontois et suivait la coutume de Clermont-en-Argonne. Son église paroissiale, annexe de celle de Vienne-le-Château, diocèse de Reims, doyenné de Cernay-en-Dormois, était consacrée à saint Thomas.

Saint-Thomas (Ru de),

affluent de la Tourbe ; arrose le finage de Saint-Thomas.

Saint-Trésain,

lieu-dit, commune d'Ay.

Saint-Utin,

— Sanctus Augustinus, 1161 (S.-Memmie, c. 1).

— Saint-Augustin, vers 1222 (livre des vass. de Champ.).

— Saint-Eustin, Saint-Utin, 1366 (arch. nat., Q1 6811, fos 172 et 178 v°).

— Saint-Heustin, 1373 (Hôtel-Dieu le Comte, à Troyes, l. 20, Z, n° 5).

— Saint-Thieutin, 1566 (Hôtel-Dieu le Comte, à Troyes, l. 17, V).

— Saint Dieutin, Saint-Tutin, 1573 (Hôtel-Dieu le Comte, à Troyes, l. 17, V).

— Lignoncourt, 1794 (arch. nat., F1 7).

canton de Sompuis.

En 1789, Saint-Utin faisait partie de l'élection de Vitry et était régi par la coutume de Chaumont. Son église paroissiale, diocèse de Troyes, doyenné de Margerie, était dédiée à saint Augustin ; l'évêque de Troyes en était collateur.

Saint-Valery,

fief, commune d'Herpont (dioc. anc. de Châl., t. II, p. 189).

Saint-Victor,

ferme, commune de Saint-Quentin-le-Verger.

Saint-Vrain,

— Sanctus Veranus, 1110 (Cheminon, c. 1).

— Sanctus Verannus, 1221 (cart. de Montiers, 9905, f° 2 v°).

— Saint-Verein, Saint-Verain, vers 1222 (livre des vass. de Champ.).

— Saint-Verim, 1251 (liber pontific., f° 495 r°).

— Sanctus Verain, Sanctus Verayn, vers 1252 (arch. nat., J 202, 54 et 55).

— Saint-Vrain, 1461 (arch. nat., P 161, 214).

— Saint-Verin, 1484 (Moncetz, c. 4).

— Saint-Severin, 1486 (arch. nat., P 161, 224).

— Sainct-Wrain, 1515 (arch. nat., P 161, 249).

— Vrain-la-Fertilité, 1793 (Puiseux, p. 306).

— Olcomval, 1794 (arch. nat., F1 7).

— Saint-Vrain, autrefois Saint-Verain ou encore Saint-Viran, 1860 (Cornet-Paulus).

canton de Thiéblemont.

En 1789, Saint-Vrain était compris dans l'élection et suivait la coutume de Vitry. Son église paroissiale, diocèse de Châlons, doyenné de Perthes, était consacrée à saint Remy ; le chapitre de l'église cathédrale de Châlons présentait à la cure.

Salbruge,

— Un fief que 254tient de moy messire Amé de Salebruce, es boys de Nantheuil, qui peut valoir vingt livres ou environ par an, 1398 (arch. nat., P 208, 53).

— La Sallebruce, 1508 (arch. nat., P 207, 10).

— La seigneurie de Salbruche que tient de present Mr de la Roche-Guyon, et d'anciennetté le conte de Brayne, 1568 (arch. nat., P 181, 151).

— Sarrebruche, 1603 (arch. nat., P 162, 232).

— Sarbruge, 1662 (arch. nat., P 193, 63).

ferme, commune de Nanteuil-la-Fosse.

Sarrebruche dépendait, comme le prouvent les pièces que nous citons, de la seigneurie de Nanteuil, possédée au xve siècle et au commencement du xvie par des membres de la famille de Sarrebruck, que l'on nommait en français Salbruche.

Précédente Page 253 sur 305 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays