Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Marne

Dictionnaire du département : Marne

Précédente Page 7 sur 305 Suivante

Arnotay,

— Harnotes, 1735 (Saugrain, t. II, p. 472).

— Hernotay, xviiie siècle (Cassini).

— Harnotay, 1834 (état-major).

ferme, commune de Venteuil.

Arnould-Comtesse (Fief d'),

— Ung fief appellé le fief Ernoult Contesse, 1527 (chap. de Reims, l. 39).

à Marson.

Arnould-de-Songy (Fief d'),

— Le fief de Arnould de Songey ou finaige de Bassu, 1516 (arch. nat., P 184, 80).

à Bassu.

Arpévat,

— Harpera, 1735 (Saugrain, t. I, p. 443).

— Arpeva, xviiie siècle (Cassini).

— Le Harpera, 1804 (ann. de l'an xiii, p. 34).

— Apervat, 1837 (état-major).

ferme, commune de Brandonvilliers.

Arrageat,

— Molendinum quoddam quod dicitur Arrajatz, 1203 (cart. de Moiremont, f° 216).

— Arraigart, 1239 (cart. de Moiremont, f° 317).

— Arrajas, 1244 (cart. de Moiremont, f° 319).

— Arrenjars, 1396 (cart. de Moiremont, f° 216).

maison isolée, commune de la Neuville-au-Pont.

Arrigny,

— Arneium, 1122 (cart. de Montiérender).

— Argneyum, 1187 (cart. d'Huiron, p. 213).

— Argnei, vers 1222 (liber princip., 5992, f° 295 r°).

— Arni, vers 1222 (liv. des vass. de Champ.).

— Argneium, 1223 (Hautefontaine, c. 6).

— Argney, vers 1252 (fiefs de Champ.).

— Argny, Argné, vers 1300 (extenta Campanie, Larzicourt).

— Arigny, 1509 (réd. de la cout. de Vitry).

— Argny lez Larzicourt, 1539 (chap. de Châl., a. 5, l. 40).

— Arrigny, 1563 (Moncetz, c. 1).

canton de Saint-Remy-en-Bouzemont.

En 1789, Arrigny faisait partie de l'élection et suivait la cout. de Vitry. Son église paroissiale, diocèse de Châlons, doyenné de Perthes, était dédiée à saint Maurice ; l'abbé de Montiérender présentait à la cure.

Artebise,

maison, commune de Villedommange.

Artillot,

— Artili, vers 1222 (liv. des vass. de Champ.).

— Artillen, 1735 (Saugrain, t. I, p. 474).

— Artilleu, 1804 (ann. de l'an xiii, p. 78).

hameau, commune de Neuvy.

Arty,

— Arthye, 1735 (Saugrain, t. I, p. 470).

— Arthy, xviiie siècle (Cassini).

— Harty, 1834 (état-major).

hameau, commune de Venteuil.

Arzillière (L'),

château détruit, commune de Marcilly-sur-Seine.

— C'était de cet « hôtel seigneurial » que relevait encore, en 1453, paraît-il, la seigneurie de Marcilly (inventaire de Marcilly, f° 57 v°).

Arzillières,

— Arzeliers, 1136 (cart. d'Huiron, p. 135).

— Arzilleriæ, 1141 (Hautefontaine, c. 1).

— Arzilleres, 1178 (S.-Pierre-aux-Dames, l. Neuville).

— Argilleriæ, 1187 (cart. d'Huiron, p. 214).

— Archilleriæ, 1202 (Chem., c. 14).

— Arzillere, Arcilliseres, Arzillières, vers 1220 (liv. des vass. de Champ.).

— Ardillieres, 1221 (Chem., c. 14).

— Ardilleriæ, 1224 (arch. nat., KK 1064, f° 31 v°).

— Arzelleriæ, 1228 (S.-Pierre-aux-Monts, c. 21).

— Arzileriæ, 1246 (Teulet, trésor des chartes, t. II, p. 605).

— Arzill[er]iæ, 1256-1270 (Brussel, usage des fiefs, p. 716).

— Arsillieres, 1272 (Brussel, usage des fiefs, p. 165).

— Arzilieres, 1298 (cart. de l'Amour-Dieu, f° 5 v°).

— Argileriæ, xiiie siècle (cart. de Chem., f° 35 r°).

— Argillieres, 1352 (chap. de Châl., a. 6, l. 46).

— Arzilliers, 1356 (S.-Pierre-aux-Monts, c. 8).

— Arcillieres, 1444 (arch. nat., P 161, 193).

— Resellier, fin du xve siècle (Ph. de Vigneulles).

— Arguilliers, 1539 (Toussaints, c. 7).

— Arzillière, 1633 (lieux régis par la cout. de Vitry).

— Argilières, 1654 (arch. nat., P 167, 54).

— Arzillers, Arzillères, 1662 (arch. nat., P 217, 85).

— Arzelières, 1762 (Expilly).

canton de Saint-Remy-en-Bouzemont.

En 1789, Arzillières faisait partie de l'élection de Vitry et était régi par la cout. de cette ville. Son église paroissiale, diocèse de Châlons, doyenné de Perthes, était consacrée à saint Antoine ; l'abbé de Montiérender présentait à la cure.

Assecourt (Le Buisson-d'),

lieu-dit, commune de Margerie.

Assurée (L'),

ferme, commune de Villeneuve-la-Lionne.

Atenois,

— Pagus Stadunensis, 803 (cart. de Gorze, p. 57).

— Stadinensis, 844 (cart. du chantre Guérin, f° 6 v°).

— Stadinisus, 853 (Bouquet, t. VII, p. 616).

— Stadonensis, vers 948 (Flodoard, l. II, c. 18).

— Comitatus Staniensis, 1006 (de l'Isle, Hist. de Saint-Mihiel, p. 432).

— Comitatus Stadunensis, 1009-1045 (cart. du chantre Guérin, f° 38 v°).

— Estanneium, 1090 (cart. B de S.-Remy, p. 126).

— Archidiaconatus Astanesiensis, 1128 (S.-Remy, l. 59).

— Stadeneis, vers 1130 (Albert d'Aix, l. II, c. 13 ; l. III, c. 6 et 36 ; l. IV, c. 47 et 49).

— Estaneyum, 1151 (cart. A de S.-Remy, p. 89).

— Estaienois, vers 1201 (feoda Campanie, n° 293).

— Stadinensis archidiaconatus, 1207 (chap. de Châl., a. 1, l. 1).

— Archid. de Estenois, 1244 (Montiers, c. 1).

— Atenois, 1285 (Montiers, c. 1).

— Archid. Stadiensis, 1294 (Moiremont, c. 2).

— Archediacre d'Astenois, 1400 (chap. de Châl., a. 1, l. 9).

— Attenois, 1412 (arch. nat., P 179, 50).

— Ettenoiz, 1436 (arch. nat., P 179, 56).

— Archediacre d'Astenoix, 1453 (évêché de Châl., c. 3).

— L'archidiaconé d'Astenay, 1464 (évêché de Châl., c. 16).

— Atthenoys, 1504 (arch. nat., P 166, 216).

— Athenoys, 1508 (arch. nat., P. 184, 76).

— Arthenois, 1521 (arch. nat., P 161, 251).

pagus ou comté de l'époque franque ; il a donné son nom à l'un des quatre archidiaconés du diocèse de Châlons.

8On peut consulter, sur l'origine et l'étendue de ce pays, le chapitre que nous avons consacré au pagus Stadunensis dans nos Études sur les pagi de la Gaule, 1er fascicule, p. 5 à 24.

Précédente Page 7 sur 305 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays