Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Moselle

Dictionnaire du département : Moselle

Précédente Page 15 sur 292 Suivante

Ban Androuin (Le),

siége d'une seigneurie, territoire d'Hannonville-au-Passage, 1682 (dénomb. du 26 août).

Ban de la Rotte (Le),

— Ban de la Rotter, 1758 (D. Cal. not. Lorr.).

ancienne communauté du duché de Lorraine, fief de l'évêché.

Elle comprenait Xousse ou Xuisse (Suisse), Brulange et Thonville (1594, dénomb. Th. Alix). — Ce ban fut cédé au roi de France en vertu du traité de Paris du 21 janvier 1718 (ord. de Lorr. t. II, p. 174) et fut alors compris dans la province des Trois-Évêchés ; il forma une division du pays Messin qui resta composée de Brulange, Suisse et Thonville (1756, Stem. dép. M.).

Ban des Treize,

communes de Metz et voisines.

Comprenait, jusqu'en 1790, les parties les plus voisines de l'enceinte de la ville, sur lesquelles s'étendait l'autorité des magistrats municipaux, sur le territoire des communes actuelles de Magny, Borny, Plantières, Saint-Julien, Vallières, Malroy, Woippy, Lorry, Plappeville, Ban-Saint-Martin et Longeville. — Ce ban était divisé en cantons ruraux, tels que : Seille et Outre-Seille, Plantières, Saint-Julien-sur-Moselle, Dasle (ordonn. de police, 1774).

Ban Fabert (Le),

fief et siége d'une justice haute, moyenne et basse, mouvant du roi de France, et sis à Moulins-lez-Metz (1777, dénomb. 25 mai).

Banlieue de Metz (Les quatre quarts de la),

étaient marqués par quatre croix élevées, savoir : au chemin de Sainte-Barbe, au chemin de Perte (Peltre), au chemin de Joy (Jouy) et proche Pouilly (xvie siècle, chron. Cl. Phelip.).

Bannay,

— Bonnage, 1573 (dén. cté Créh.).

— Benay, 1689 (dom. t. I).

— Bennaye, 1702 (terr. de Brouck).

canton de Boulay, sur la Nied allemande.

— En patois : Bénaïe. — En allemand : Bizing.

Ban Noiron,

fief et siége d'une justice haute, moyenne et basse, mouvant du roi de France, et sis à Moulins-lez-Metz (1777, dénomb. 25 mai).

Ban-Saint-Martin (Le),

commune, 1er canton de Metz.

— Voy. Saint-Martin (Le Ban-).

Ban Saint-Martin de Sainte-Ruffine et de Vaux,

seigneurie foncière sur le territoire de ces communes (1777, dénomb. 25 mai).

Ban Saint-Paul.

— Ban fief, siége d'une haute, moyenne et basse justice appartenant au chap. de la cath. de Metz et situé sur le territ. des communes d'Ancy, Ars, Châtel, Chazelles, Hagondange, Hannonville, Longeville-lez-Metz, Lorry-lez-Metz, Moulins, Rozérieulles, Scy, Sponville, Vallières et Vantoux (1681, aveux et dénomb. 2 janv.).

Ban-Saint-Pierre,

— Sancti Petri mons, 960 (abb. Saint-Pierre, ch. emp. Oth. I).

— Sanctus-Petrimons, 993 (abb. Saint-Pierre, ch. emp. Oth. III).

— Ecclesia Sancti Petri vulgo Stoncourt, 1544 (pouillé de M.).

— Le Ban-de-Saint-Pierre, 1572 (inv. des tit. de Lorr. VI, 120).

— Ban-Saint-Pierre, sçavoir : Valremont, Stoncourt, Villers et Albritch, 1594 (dén. Th. Alix).

— Saint-Pierremont, xviie siècle (episc. met. temp.).

— Banc-Saint-Pierre, 1635 (Journ. J. Bauch.).

église, commune de Villers-Stoncourt.

Fief mouvant du duc de Lorraine à cause de sa châtell. de Hombourg, dépendant de la châtell. d'Amance pour ce qui concerne les aides et du baill. de Nancy à l'égard des successions, à la réserve du droit de buffet appartenant aux seign. de Hombourg (arrêt du 1er janvier 1631, inv. de Lorr. VI, p. 61). — Il se composait des villages de Vaucremont, Stoncourt, Villers et Avrich ou Ongerange (Aoury). Il fut cédé à la France par le traité de Paris du 21 janvier 1718 (not. Lorr. t. II, p. 174). — L'église du Ban-Saint-Pierre était la paroisse des villages de Vaucremont, Stoncourt, Villers et Aoury. Elle était de l'archiprêtré de Varize et à la collation de l'abb. de Saint-Louis et au concours. — Elle sert encore de centre paroissial à ce groupe ; mais de la position isolée qu'elle occupait, elle a été transférée à Villers-Stoncourt.

Banstein,

— Gauscharderhof, 1787 (carte allem.).

écart et scierie, commune de Bærenthal.

Baraque-aux-Sabots (La),

maison isolée, commune de Sturzelbronn.

Baraques (Les),

ferme, commune de Chambley.

Baronville,

— Barunvilla, 896 (ch. abb. Saint-Den. D. Cal. pr. 1, 327).

— Brenval, 1157 ;

Baronis villa, 1186 ;

Braconis villa, 1188 (abb. Saint-Mart. Primat. Nancy, liasse 8).

— Baronville, 161453 (cart. év. de M. t. I, p. 233).

— Barondorff, 1460 (cart. év. de M. t. IV, p. 37).

— Barendorff, 1460 (cart. év. de M. t. IV, p. 27).

— Barendorf, Berendorf, 1544 (pouillé de M.).

canton de Gros-Tenquin.

— En patois : Baironvelle. — En allemand : Barendorf ou Baronweiller.

Précédente Page 15 sur 292 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays