Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Seine-et-Marne

Dictionnaire du département : Seine-et-Marne

Précédente Page 101 sur 581 Suivante

Chapelle-de-Pleignes (La),

— Le fief de la Chapelle de Pleignes dit Revillon, 1607 (Annales Gâtinais, 1904, p. 266).

ancien fief, commune de Fromonville.

— Voy. Revillon.

Chapelle-des-Ermites (La),

— Le chemin tendant dudict Chenoise à la Chappelle des Armittes, 1541 (Pap. Carrière).

lieu dit, commune de Chenoise.

Chapelle-des-Marais (La),

— 1746 (Arch. S.-et-M., H 495).

ancien lieu dit, commune de Puisieux.

Chapelle-des-Meuseries (La),

— 1832 (Cadastre).

lieu dit, commune d'Égreville.

Chapelle-du-Cormier (La),

— Ruines de Cormier, 1788 (Arch. S.-et-M., C 53, plan).

— Les ruines de la Chapelle du Cormier, 1830 (Cadastre).

chapelle ruinée, commune de Roissy-en-Brie.

Chapelle-Gauthier (La),

— Capella de Sarnai, 1147 (Gallia chr., XII, instr., col. 35).

— Capella de Sernaio, 1173 (Richemond, Nemours, I, p. xx).

— Capella, 1175 (Cart. N.-D. de Paris, IV, 13).

— Capella in Bria, 1198 (Annales Gâtinais, XXIV, 1906, p. 8).

— Capella domini Galteri camerarii, 1213 (Bibl. nat., ms. latin 10942, fol. 12 v°).

— La Chapelle Damp Gautier, 1326 (Arrêt du Parlement du 1er mars).

— La Chapelle monseigneur Gautier, 1373 (Arch. nat., P 141, fol. 12).

— La Chappelle messire Gauchier, vers 1380 (Arch. nat., P 140, fol. 43).

— La Chappelle messire Gaultier en Brie, 1396 (Arch. nat., P 131, fol. 60 v°).

— L'hostel fort appelé la Chapelle messire Gautier en Brie, 1444 (Alm. S.-et-M., 1909).

— La Chappelle Gaultier, 1455 (Arch. nat., S 2378b).

— La Chapelle Thiboust de Berry en Brie cy devant appellée la Chapelle Gautier, 1673 (Arch. nat., Q1 1402).

— La Chapelle Thiboust de Berry, 1695 (Arch. S.-et-M., C 106).

— La Chapelle Tiboust de Bery vulgairement appelée la Chapelle Gaultier en Brie, 1728 (Arch. nat., Q1 1406).

— La Chapelle Gauthier ou Thiboust de Berry, 1774 (Arch. S.-et-M., B 486).

— La Chapelle Thiboust de Berry, 1784 (Arch. S.-et-M., B 497).

— La Chapelle en Brie, 1793.

commune, canton de Mormant.

En 1789, La Chapelle-Gauthier faisait partie de l'élection de Melun et de la généralité de Paris, et suivait la coutume de Melun. L'église paroissiale, dédiée à saint Martin, appartenait au diocèse de Sens, doyenné de Melun ; le chapitre de Champeaux présentait à la cure. — La Chapelle-Gauthier fut érigée en comté, en mars 1612, sous le nom de La Chapelle-des-Ursins, puis en comté, en janvier 1644, sous le nom de La Chapelle-Thiboust. — La commune, qui fit d'abord partie du canton du Châtelet, a été rattachée à celui de Mormant par ordonnance du 30 juillet 1817.

Chapelle-Iger (La),

— Capella Igerii, vers 1107 (Du Plessis, II, p. 20).

— Capella Igeri, 1249 (Cart. N.-D. de Paris, II, 375).

— Capella Hugeri, Capella Igerii, 1250 (Rôles des fiefs, 219 et 485).

— Capella Igier, xiiie siècle (Obit. prov. Sens, I, 962).

— Capella Ligerii juxta Rosetum, 1323 (Arch. nat., S 371b, n° 63).

— La Chappelle Ygier, 1384 (Arch. nat., P 131, fol. 38).

— La Chapelle Ligier, 1415 (Arch. nat., S 371b, n° 105).

— La Chappelle Yger, 1482 (Arch. nat., S 361, n° 35).

— La Chappelle Yger en Brye, 1523 (Arch. nat., S 361, n° 63).

— La Chappelle Léger, 1648 (Arch. nat., S 2956).

commune, canton de Rozay-en-Brie.

En 1789, La Chapelle-Iger faisait partie de l'élection de Rozay et de la généralité de Paris, et suivait la coutume de Melun. L'église, prieuré-cure du diocèse de Meaux, doyenné de Rozay, était dédiée à saint Léger ; le collateur fut primitivement le prieur de La Celle en Brie, et plus tard le Séminaire des missions étrangères. La Chapelle-Iger a été une succursale de Courpalay dont on la sépara le 28 avril 1860.

Chapelle-la-Reine (La),

— Capella Gastinedi, 1154 (Luchaire, Louis VII, p. 399).

— Villa que dicitur Regine super Liricantum, 1173 (Arch. nat., S 1874).

— Capella, 1186 (Delaborde, Philippe-Auguste, I, p. 219).

— Ecclesia de Capella in Vastineto, 1194 (Arch. nat., LL 46, fol. 27).

— Capella juxta Liricantum, 1215 (Arch. nat., JJ 133, fol. 66).

— Villa de Capella Regine, Senonensis diocesis, 1235 (Richemond, Nemours, I, p. cxx) et 1256 (Arch. nat., S 2154a).

— Capella Regine, 1257 (Arch. nat., S 5168).

— La Chapelle, 1346 (Arch. nat., S 2107a).

— La Chapelle la Reyne, 1478 (Arch. nat., P 8, n° 2767).

— La Chapelle la Raigne, 1513 (Arch. nat., S 2102a).

— La Chappelle la Rayne, 1670 (Arch. nat., Q1 1403).

— La Chapelle en Gâtinais, 1792 (Arch. munic. La Chapelle-la-Reine).

— La Chapelle Sainte-Geneviève, 1793 (Arch. nat., F17 10043, n° 643).

— La Chapelle-l'Égalité [par décret du 8 août 1793] (Arch. nat., AD I 61).

— La Chapelle Égalité, 1797 (Journal de Paris).

— La Chapelle, an ix.

chef-lieu de canton, arrondissement de Melun [Fontainebleau].

En 1789, La Chapelle-la-Reine faisait partie de l'élection de Nemours et de la généralité de Paris, et suivait la coutume de Melun. L'église paroissiale, appartenant au diocèse de Sens, doyenné de Milly, était dédiée à sainte Geneviève ; le collateur fut d'abord l'abbé de Saint-Maur-des-Fossés, 102puis le chapitre du Louvre à Paris.

Précédente Page 101 sur 581 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays