Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Seine-et-Marne

Dictionnaire du département : Seine-et-Marne

Précédente Page 580 sur 581 Suivante

Voûtes (Les),

— 1847 (Cadastre).

lieu dit, commune de Mareuil-lès-Meaux.

Voves (Les),

— In Vovis, supra Secanam, 1202 (Annales Gâtinais, XL, 1930, p. 89).

lieu dit, commune de Marolles-sur-Seine.

Voyette (La),

— 1831 (Cadastre).

lieu dit, commune de Marles.

Vrignel,

— Une maison séant à Vissigneil, assiz près de Rosoy, 1383 (Arch. nat., P 131, fol. 7).

— Vrigno, 1530 (Arch. nat., S 361, n° 87).

— Verignel, 1555 (Arch. nat., S 362, n° 133).

— Verignieil, 1596 (Arch. nat., S 373).

— La ferme du Petit Vrignel, xviie siècle (Arch. nat., S 3641).

ferme, commune de Voinsles.

— Voy. Petit-Vrignel.

Vue (La),

— Une ferme assize au lieu dit la Borde Gastenel, dit la Veue, avec une maison, granges, estables, 1670 (Arch. nat., Q1 1402).

— La ferme de la Veue, 1723 (Arch. nat., Q1 1402).

ferme, commune de Féricy.

Vulaines,

— Villa de Villanis, 1287 (Arch. nat., S 1878).

— Vullaines, 1317 (Arch. nat., S 1176, n° 4).

— Villa de Veteribus Lanis, gallice de Villeinnes, 1323 (Arch. nat., S 1878).

— Vullainnes, 1342 (Arch. nat., S 1176, n° 2).

— Villaines, 1383 (Arch. nat., P 131, fol. 7).

— Vulenes, Vullaines lez Yeble, 1385 (Arch. nat., P 131, fol. 20 v° et 35).

— Voulenes en Brie, 1386 (Arch. nat., S 1878).

— Vullaines en Brye, 1572 (Arch. nat., Q1 1406).

— La croix de Villaine, 1578 (Arch. nat., T 1649).

— Vuleynes, parroisse d'Yeble en Brie, 1584 (Arch. nat., T 1649).

— Vullaine, 1603 (Arch. nat., S 2022).

— Vulaisne, 1610 (Arch. nat., S 1878).

— Villaine, 1686 (Arch. nat., S 1878).

hameau, communes de Guignes et d'Yèbles.

Vulaines (Les),

— 1835 (Cadastre).

lieu dit, commune de Veneux-les-Sablons.

Vulaines-lès-Provins,

— Villanae, 1194 (Arch. hosp. Provins, H.-D. 4).

— Sanctus Leodegarius de Villanis, 1239 (Arch. hosp. Provins, Petit cart. Hôtel-Dieu, fol. 91 v°).

— Wiuleinnes, 1258 (Cart. Renier Accorre, fol. 96).

— Viuleines, 1261 (Cart. Renier Accorre, fol. 96).

— Hulenes, Wulenes, 1263 (Cart. des Templiers de Provins, n° 146).

— Wiulainnes, 1268 (Cart. Renier Accorre, fol. 96).

— Viulenes, 1270 (Cart. Renier Accorre, fol. 166 v°).

— Vileines, 1295 (Actes Provins, p. 143).

— Wileines, 1296 (Actes Provins, p. 159).

— Vuilleins, 1300 (Actes Provins, p. 180).

— Vullane, vers 1350 (Pouillé).

— Villaines, 1369 (Longnon, Pouillés de Sens, p. 83).

— Vullaines, 1400 (Arch. nat., KK 35, fol. 63).

— Iter de Willanis, xve siècle (Obit. prov. Sens, I, 66).

— Vellaines les Prouvins, 1538 (Bull. Soc. Provins, mai 1897).

— Vulleynes, 1539 (Arch. nat., P 1651, n° 1713).

— Vulaine, 1691 (Arch. S.-et-M., B 189).

commune, canton de Provins.

— Le nom de Vulaines-lès-Provins a été substitué à celui de Vulaines-en-Brie par décret du 25 juillet 1934.

Vulaines-sur-Seine,

— Villaines, 1445 (Arch. nat., P 131, fol. 87).

— Vulaines lez Samoiseau, 1459 (Arch. hosp. Melun, St-Jacques, B 41).

— Vulayne, 1614 (Arch. nat., S 2959).

— Vuillaine, 1692 (Cloche).

commune, canton de Fontainebleau.

En 1789, Vulaines-sur-Seine faisait partie de l'élection de Sens et de la généralité de Paris et suivait la coutume de Melun. L'église paroissiale, sous le double vocable de saint Éloi et de saint Fiacre, appartenait au diocèse de Sens, doyenné de Montereau ; l'archevêque de Sens présentait à la cure.

Vulcan,

— Dans le village d'Ormesson une maison noble que l'on appelait Vulcan, 1772 (Neveu, Monogr. Fay, p. 41).

manoir détruit, commune d'Ormesson.

Yèbles,

— Ebula, 1182 (Arch. nat., S 1175, n° 6).

— Ebla, 1189 (Quantin, II, p. 410).

— Ible, 1220 (Histor. France, XXIII, 671).

— Ieble, 1318 (Arch. nat., S 1176).

— Ieble en Brie, 1377 (Arch. nat., P 131, fol. 48).

— Yelle en Brye, 1460 (Arch. nat., P 131, fol. 165 v°).

— Yeble en Brye, 1513 (Arch. nat., S 2148).

— Yesbles, 1548 (Arch. nat., P 9, n° 188).

— Hyebles, 1610 (Arch. S.-et-M., E 1119).

commune, canton de Mormant.

En 1789, Yèbles faisait partie de l'élection de Rozay et de la généralité de Paris, et était régi par la coutume de Melun. L'église paroissiale, dédiée à saint Martin, appartenait au diocèse de Sens, doyenné de Montereau ; l'archevêque de 581Sens en était collateur. Les limites des paroisses d'Yèbles et de Guignes ont été fixées par arrêt du Conseil d'État du 24 octobre 1747 (Arch. S.-et-M., C 88).

Précédente Page 580 sur 581 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays