Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Vosges

Dictionnaire du département : Vosges

Précédente Page 379 sur 462 Suivante

Sachemont,

— Saichemont, xive siècle (Bibl. nat., ms. nouv. acq. lat. 1546, p. 144).

— Saichemurt, xive siècle (bibl. de Saint-Dié, ms. 29, fol. 93).

— Saichemeux, 1545 (arch. des Vosges, G 464).

— Sachemeux, 1559 (arch. des Vosges, G 464).

— Sachemont, 1571 (arch. des Vosges, G 464).

— Saichemont, 1571 (arch. des Vosges, G 463).

— Seichemont, 1594 (Alix, nos 305 et 320).

— Sachemont, mairie de Clavecey et ban le Duc, 1711 (Bibl. nat., ms., fr. 11806, p. 95).

— Sachemont, village mi-parti entre Ban-le-Duc et la mairie de Clefcy, 1753 (Durival).

hameau, communes de Ban-sur-Meurthe et de Clefcy.

Sacheny (Le),

lieu dit, commune de Pierrepont-sur-l'Arantèle.

Sachery (Le),

bois, commune de Fiménil.

Sachot (Le),

hameau, commune de Grandvillers.

Sachot (Au),

cense, commune de Rehaupal.

Sadey,

— Saddey, 1471 (arch. de Meurthe-et-Moselle, B 642, n° 31).

— Sardey on ban de Lauweline, 1488 (Doc. Vosg., VII, 243).

— Sardy, 1628 (arch. de Meurthe-et-Moselle, B 9532, fol. 16 v°).

— Judey, 1821 (état).

hameau, commune de la Croix-aux-Mines.

Le nom de Sadey, écrit Sadez ou Sadé, a servi à désigner la cne de la Croix-aux-Mines pendant une période qui a commencé après le 15 messidor an ii et fini avant le 1er frimaire an iv.

Safeing,

écart, commune de Girancourt.

Saffain,

« grange sur le finage de la Banvoye au Val-d'Ajol », 1719 (bibl. de Metz, ms., 1835).

Safframénil,

— Saffremesnil, 1591 (Doc. Vosg., IV, 207).

— Seffremenil, 1597 (arch. de Meurthe-et-Moselle, B 669, n° 91).

— Safremesnil, xvie siècle (arch. de la Meuse, B 353, fol. 205).

— Safframesnil ou Safframeny, 1711 (Bibl. nat., ms. fr. 11806, p. 190).

hameau, commune d'Uriménil.

Ce hameau faisait partie du ban d'Uxegney.

Sagard (Le),

maison forestière, commune du Val-d'Ajol.

Saichy (Le),

— Le Sêchis, 1753 (Durival).

maison isolée, commune de la Bresse.

Sainfosse,

— Sainctfosse, 1708 (arch. de Meurthe-et-Moselle, B 11722).

— Sainfosse, 1711 (Bibl. nat., ms. fr. 11806, p. 95).

ancienne cense du ban de Fraize.

— Cf. Sainte-Fosse.

Saint-Abouche,

— Sainte-Habouche, 1838 (ét. de sect.).

— St Halmiche, 1905 (stat. guerre).

écart, commune de Colroy-la-Grande.

Saint-Adrien,

— L'hermitage de Saint-Adrien, 1768 (pouillé Chatrian, p. 438).

ancien ermitage, commune de Girmont.

Le ruisseau de Saint-Adrien, naît à la limite des territoires de Dignonville et de Dogneville, et arrose celui de Girmont.

Saint-Amant,

lieu mentionné après Hagécourt, avant Bazoilles-et-Ménil, dans un état de droits appartenant à Remiremont, xiiie siècle (Bibl. nat., ms. nouv. acq. lat. 2542, n° 62) ; le souvenir en est peut-être rappelé par le lieu dit Saint-Amanbô, au territoire d'Oëlleville.

Saint-Amantchamp,

ancien lieu dit à Coussey, 1288 (Morimond, cart. 4).

Saint-Ambouche,

lieu dit, commune de Domjulien.

Saint-Ambouche,

lieu dit, commune de Remoncourt.

Saint-Amé,

— Gobert de Saint Amat [chanoine de Saint-Dié], xive siècle (Bibl. nat., ms. nouv. acq. lat. 1546, p. 24).

— Saint Amei, 1419 (bibl. nat., ms. nouv. acq. fr. 1286, fol. 81 v°).

— Sainct Amat, 1447 (arch. des Vosges, G 2175).

— Sainct Amait, 1469 (Bibl. nat., ms. nouv. acq. lat. 2545, n° 245).

— Ecclesia sancti Amati de Sancto Amato, alias de Selles, 1515 (cité par Friry).

— Sainct Amet, 1552 (arch. des Vosges, G 1404).

— Sainct Aymez, 1593 (arch. de Meurthe-et-Moselle, B 2510, fol. 15 v°).

— Sainct Avet, 1594 (Alix, n° 723).

— Cellæ, 1768 (pouillé Chatrian, p. 417).

— Lanol dit Saint-Amé, xviiie siècle (Cassini).

— Saint Amé, an ii (ét. civ., naiss., 5 germ.).

— La Nol-sur-Moselle, an ii (ét. civ., naiss., 9 germ. ; de même jusqu'au 9 niv., ét. civ., mar.).

— Maison commune d'Amé, an iii (ét. civ., décès, 18 niv. et 22 germ.).

canton de Remiremont.

L'appellation de Saint-Amé ne correspondait à rien au point de vue civil. Elle désignait un ermitage voisin du Saint-Mont, et dont l'église avait été le centre d'une paroisse s'étendant sur les territoires actuels de Saint-Amé et du Syndicat, et sur partie de celui de Cleurie ; la démolition de cette église ayant été ordonnée par l'évêque de Toul le 6 décembre 1749, le titre paroissial fut transféré à une église nouvellement bâtie à La Nol. Cette église, dédiée à saint Amé, était du diocèse de Saint-Dié, doyenné de Remiremont. La cure était à la collation des chanoines-chapelains de Remiremont.

Saint-André,

ancienne chapelle, commune de Poussay.

Saint-Antoine,

ancien ermitage, commune de Beaufremont (Cassini).

Saint-Antoine,

lieu dit, commune de Chantraine.

Précédente Page 379 sur 462 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays