Dictionnaire topographique de la France

Comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES

Accueil :: Navigation par dictionnaire :: Dictionnaire du département : Yonne

Dictionnaire du département : Yonne

Précédente Page 34 sur 166 Suivante

Chêne (Le),

— Quercus, 1208 (abb. Saint-Marien d'Auxerre).

hameau, commune de Coulanges-les-Vineuses, à 3 kil. au sud-ouest.

— Auj. détruit.

Chêne (Le),

hameau, commune de Merry-la-Vallée.

Chêne (Le Grand-),

hameau, commune d'Armeau.

Chêne (Le Gros-),

hameau, commune de Dixmont.

Chêne-Arnoult,

— Casnetus Arnulfi, vers 1150 (cart. gén. de l'Yonne, I, 466).

— Quercus Arnulfi, 1154 (abb. des Escharlis).

— Chesne-Arnol, 1545 (abb. des Escharlis).

canton de Charny.

Chêne-Arnoult était, avant 1789, du dioc. de Sens, de la prov. de l'Orléanais, de l'élection et du présidial de Montargis.

Chêne-au-Roi,

ferme, commune de la Belliole.

Chêne-des-Quatre-Justices,

— Le Chesne, 1556, fief relev. de la Ferté (f. Quinquet).

hameau, communes de Perreux et de la Ferté-Loupière.

Chêne-Évrat,

— Chanetum Evrardi nemus, 1219 (chap. de Sens).

commune de Villemanoche ; pièce de bois défrichée au xvi e siècle (chapitre de Sens).

Chêne-Fort,

hameau, commune de Chêne-Arnoult.

Chêne-Rond (Le),

hameau, commune de Saint-Sauveur, fief relev. de la terre de Saint-Fargeau, 1731, avec château fort, aujourd'hui détruit (Bin de la Soc. des sciences de l'Yonne, 1858).

Chêne-Rond (Le),

maison isolée, commune de Toucy.

Chêne-Simart (Le),

hameau, commune de Saint-Aubin-Château-Neuf, autrefois prévôté, 1553 (Legrand, État gén. du baillage de Troyes).

— Auj. détruit.

Chéneau (Le),

hameau, commune de Treigny.

Chenevière,

hameau et ferme, commune de Jouy.

Chêneviron,

— Chesnevron, 1373 ;

Chasneveron, 1391 (archev. de Sens, compte de Nailly).

hameau, commune de Villebougis.

Cheney,

— Caniacus, 1046 (cart. gén. de l'Yonne, I, 181).

— Chaineium, 1190 (cart. gén. de l'Yonne, II, 425).

— Cheneyum, 1225 ;

Chenetum, 1252 (cart. de Saint-Michel, bibl. de Tonnerre).

— Chennaicum, 1220 (abb. de Pontigny).

— Cheny, 1292 (cart. du comté de Tonnerre, arch. de la Côte-d'Or).

— Chené, 1343 (cart. du comté de Tonnerre, arch. de la Côte-d'Or).

— Chesné, 1513 (cart. de Saint-Michel, arch. de l'Yonne) ; fief relev. du comté de Tonnerre, 1527 (inv. des arch. du comté, xvii e siècle).

canton de Tonnerre.

Cheney était, avant 1789, du dioc. de Langres et de la prov. de l'Île-de-France, et prévôté ressort. au baill. de Tonnerre.

Chenons (Les),

hameau, commune de Parly.

Chenus (Les),

ferme, commune de Moutiers.

Cheny,

— Chriniacus ou Chiniacus, 833 (cart. gén. de l'Yonne, I, 41).

— Caniacus, 853 (cart. gén. de l'Yonne, I, 66).

— Calniacus, 864 (cart. gén. de l'Yonne, I, 88).

— Caniniacus, vers 1020 (cart. gén. de l'Yonne, II, 10).

— Chaniacum, 1141 (cart. de Pontigny, f° 8 v°, Bibl. imp. n° 153).

— Chiniacum, 1258 (abb. Saint-Marien d'Auxerre).

— Kainée, ix e siècle (Liber sacram. ms bibl. de Stockholm).

— Chanei, 1143 (cart. de Pontigny, f° 18 v°).

— Cheni, 1202 ;

Chigny, 1414 ;

Chegny, 1452 (abb. Saint-Marien).

— Cheny, 1560 (ém. de Montmorency).

canton de Seignelay.

Cheny était, au ix e siècle, du pagus de Sens, et, avant 1789, du dioc. du même nom, de la prov. de l'Île-de-France et du baill. de Seignelay, et, avant 1668, de celui de Villeneuve-le-Roi.

Chérats (Les),

hameau, commune de Lucy-le-Bois, 1553 (Legrand, État gén. du baillage de Troyes).

— Auj. détruit.

Chérisy,

— Cherisey, 1382 (chap. de Montréal).

— Chérisy, 1543 (rôles des feux du baill. d'Avallon, arch. de la Côte-d'Or).

— Chérisy, 1725 (chap. de Montréal).

— Saint-Pierre-de-Cérisy, 1783 (état des villes, bourgs, etc. de Bourgogne).

ferme, commune de Montréal.

— Autrefois village avec paroisse, détruit dans les guerres civiles.

Chéron,

— Charum, 1035 (Cart. de Saint-Michel de Tonnerre, G, f° 9).

— Charon, 1078 ((Cart. de Saint-Michel de Tonnerre, G, f° 9).

ferme, commune de Tonnerre.

Chéron (Le Petit-),

maison isolée, commune de Tonnerre.

Chéroy,

— Chesiacus, 1155 (cart. gén. de l'Yonne, I, 533).

— Cheseium, 1190 (abb. Saint-Jean de Sens).

— Chereyum, 1695 (pouillé du dioc. de Sens).

arrondissement de Sens.

Chéroy était autrefois de la prov. de l'Île-de-France, du pagus et du dioc. de Sens, prieuré-cure dépendant de l'abb. Saint-Jean de Sens. La terre de Chéroy était divisée par moitié entre le duc 35d'Orléans, apanagiste de la terre de Nemours, et l'abb. Saint-Jean de Sens. Cet état de choses existait depuis l'association faite en 1155 entre le roi et l'abbaye (abb. Saint-Jean).

Précédente Page 34 sur 166 Suivante



Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Collection de documents inédits sur l'Histoire de France

© CTHS - Paris 2015   Nous contacter
Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tout pays