Une littérature en situation de diglossie : la littérature occitane vue par ceux qui l’écrivent
2015
Marie-Jeanne VERNY

Extrait de : "Contacts, conflits et créations linguistiques (édition électronique)"
Sous la direction de Guylaine BRUN-TRIGAUD
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014

Ana Isabel BLASCO TORRES, Christel FREU, Michel CHRISTOL, Michel BANNIARD, Jean-Loup LEMAITRE, Marie Rose BONNET, Gabriel AUDISIO, Bernard THOMAS, Régis BERTRAND, Hervé TERRAL, Marie-Jeanne VERNY, Marie-Noële DENIS, Houssine SOUSSI, Claire TORREILLES, Jean-Roger WATTEZ, Serge LUSIGNAN, Camille DESENCLOS, Annie LAGARDE FOUQUET, Annette NOGARÈDE, Regina POZZI, Isabelle-Rachel CASTA, Pascal SEMONSUT, Michel A. RATEAU
2015
p. 119-128
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Depuis Pey de Garros au XVIe siècle qui évoquait sa « lenga mespresada » (expression reprise par Mistral au XIXe siècle), les écrivains occitans ont manifesté, au cœur de leurs écrits, parfois dans le paratexte, la conscience douloureuse de l’état de minoration sociolinguistique où se trouvait leur langue d’expression, cette prise de conscience étant la plupart du temps associée à des discours compensatoires faisant allusion à l’expressivité sans égale de la langue employée. Le phénomène a été depuis les dernières décennies, bien analysé par les historiens de la littérature (Lafont, Gardy, Courouau...).
Qu’en est-il de ceux, nombreux, qui écrivent encore au XXIe siècle ? Beaucoup d’entre eux sont aussi, parallèlement à leur pratique d’écriture, des chercheurs au fait des découvertes de la sociolinguistique et par là même, ils ne peuvent pas ne pas avoir conscience des mécanismes auxquels nous faisons allusion, alors même que la pratique « naturelle » de la langue ne cesse de baisser, mais aussi que se construisent, parallèlement, de nouveaux espaces d’expression linguistique et/ou artistique (écoles bilingues, chanson, théâtre, vidéo, blogs...).
Nous avons adressé un questionnaire à une cinquantaine d’écrivains sur leur itinéraire biographique, et c’est à partir des réponses reçues que nous essayons d’analyser le regard que portent sur eux-mêmes ces écrivains.