Les écrivains allemands et autrichiens dans l’exil (1933-1945)
2015
Annette NOGARÈDE

Extrait de : "Contacts, conflits et créations linguistiques (édition électronique)"
Sous la direction de Guylaine BRUN-TRIGAUD
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nîmes, 2014

Ana Isabel BLASCO TORRES, Christel FREU, Michel CHRISTOL, Michel BANNIARD, Jean-Loup LEMAITRE, Marie Rose BONNET, Gabriel AUDISIO, Bernard THOMAS, Régis BERTRAND, Hervé TERRAL, Marie-Jeanne VERNY, Marie-Noële DENIS, Houssine SOUSSI, Claire TORREILLES, Jean-Roger WATTEZ, Serge LUSIGNAN, Camille DESENCLOS, Annie LAGARDE FOUQUET, Annette NOGARÈDE, Regina POZZI, Isabelle-Rachel CASTA, Pascal SEMONSUT, Michel A. RATEAU
2015
p. 214-225
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les écrivains allemands et autrichiens contraints à l’exil sous Hitler furent confrontés au problème déchirant de la perte de leur langue maternelle, à l’image du philosophe Ernst Bloch : « Comment pouvons-nous nous en sortir, comment pouvons-nous remplir notre mission politique et culturelle ? Nous ne pouvons pas renier notre langue sans détruire la culture que nous portons en nous. Et nous ne pouvons pas sauvegarder la culture et la faire évoluer sans parler la langue qui fut le vecteur principal de notre apprentissage culturel. »
Nous proposons d’analyser la situation de l’exil, sous l’angle de la « perte » de la langue maternelle et de l’adaptation à la langue et à la culture du pays d’accueil. Dans quelle mesure ces difficultés ont-elles freiné la productivité littéraire des écrivains, ou au contraire représenté un vecteur d’évolution personnelle et de créativité, car nombre d’œuvres majeures ont été écrites pendant la période d’exil ?