Communicating through rock art : an ethnoarchaeological perspective
2016
Inès DOMINGO, Sally MAY, Claire SMITH

Extrait de : "Signes et communication dans les civilisations de la parole (édition électronique)"
Sous la direction de Claude MORDANT, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE et Denis VIALOU
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nîmes, 2014)

Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU
Inès DOMINGO, Sally MAY, Claire SMITH, Patrick PAILLET, Elena MAN-ESTIER, Romain PIGEAUD, Florian BERROUET, Estelle BOUGARD, Primitiva BUENO RAMÍREZ, Rodrigo de BALBÍN BEHRMANN, Rosa BARROSO BERMEJO, Philippe HAMEAU, Maddalena CATALDI, Estelle GAUTHIER et Jean-François PININGRE, Hervé GRUT, Vincent GEORGES, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Gilbert-Robert DELAHAYE


Paris, Éditions du CTHS
2016
p. 9-26
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
In many past and present preliterate societies rock art has been used as a means of communications to convey ideas, believes, ancestral knowledge, traditions, identities, rules, stories, social behaviour or laws. Through an ethno-archaeological perspective based on Arnhem Land rock art, we explore the different functions of the art, how cultural information is embedded in the imagery and more importantly, to what extent the information can be decoded by an uninitiated or an outsider to the culture producing the art. The results of this research provide insight into the complexities of analysing and interpreting this form of non-verbal communication including the extent to which archaeologists can decode cultural information hidden in past forms of art.


Dans de nombreuses sociétés anciennes et plus récentes de tradition orale, l’art pariétal a été utilisé comme un moyen de communication pour véhiculer des idées, des croyances, du savoir, des traditions, des identités, des règles, des histoires, des comportements et des lois. Une lecture ethno-archéologique de l’art pariétal d’Arnhem Land nous a permis d’appréhender la fonction exacte de cet art, de comprendre comment l’information culturelle fut incorporée dans son imagerie et surtout comment elle a pu être interprétée par les non-initiés ou par des personnes étrangères à la communauté qui l’a produite. Les résultats de cette étude montrent la complexité des analyses et de l’interprétation de ce type de communication non-verbale et dans quelle mesure les archéologues peuvent décoder les informations contenues dans l’art ancien.
(Traduction Rebecca Peake)