Faire « parler » les pierres Le modèle naturaliste en archéologie préhistorique
Le cas de la Vallée des Merveilles, 1868-1913 - 2016
Maddalena CATALDI

Extrait de : "Signes et communication dans les civilisations de la parole (édition électronique)"
Sous la direction de Claude MORDANT, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE et Denis VIALOU
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nîmes, 2014)

Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU
Inès DOMINGO, Sally MAY, Claire SMITH, Patrick PAILLET, Elena MAN-ESTIER, Romain PIGEAUD, Florian BERROUET, Estelle BOUGARD, Primitiva BUENO RAMÍREZ, Rodrigo de BALBÍN BEHRMANN, Rosa BARROSO BERMEJO, Philippe HAMEAU, Maddalena CATALDI, Estelle GAUTHIER et Jean-François PININGRE, Hervé GRUT, Vincent GEORGES, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Gilbert-Robert DELAHAYE


Paris, Éditions du CTHS
2016
p. 113-127
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Au milieu du XIXe siècle, les gravures du site de la vallée des Merveilles, connues depuis le xviie siècle, sont interprétées comme des vestiges préhistoriques par la communauté scientifique émergente des préhistoriens. Cette contribution explore la relation entre la construction du savoir sur l’Homme préhistorique et la construction des outils conceptuels susceptibles de permettre la connaissance de ses cultures. Parmi ces outils, les types sont des ensembles d’objets, rassemblés en raison de leur proximité morphologique. Déjà utilisés par l’archéologie classique, ils sont rapprochés des taxons utilisés par les sciences naturelles (espèces, genres, etc.) dans le discours de l’archéologie préhistorique en devenir.
L’article retrace la construction de ces types et leur fonction dans le discours des archéologues travaillant à la Vallée des Merveilles entre 1868 et 1913.

In the middle of the 19th century, the engravings of the vallée des Merveilles, known of since the 17the century, were dated to Prehistory by the emerging scientific community. This paper will explore the relationship between the growing knowledge of Prehistoric Man and the elaboration of the concepts used in study of prehistoric cultures. One of these tools is the “type” defined as a group of objects with similar morphologies. Already used in classical archaeology, the “type” used in this emerging prehistoric archaeology was based on the taxons of the Natural Sciences (species, genus, etc).
This paper retraces the construction of these types and their use in the archaeological research of the Vallée des Merveilles between 1868 and 1913. (traduction Rebecca Peake)