Réseaux des arts et réseaux sociaux, religieux et spirituels dans la « Citadelle sacrée » à Naples de 1622 à 1687, à partir de testaments d’artisans et marchands
2016
Isabelle Blaha

Extrait de : "Réseaux religieux et spirituels : du Moyen Âge à nos jours (édition électronique)"
Sous la direction de Nicole Lemaitre
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Isabelle BLAHA, Yann BOUYRAT, Marie-Madeleine de CEVINS, Julia CONESA SORIANO, Cécile DUCHER, Laure HENNEQUIN-LECOMTE, Stéphane LECOUTEUX, Jean-Loup LEMAITRE, Sylvain LETEUX, Bruno MAES, Philippe MOULIS, Yafes UYARCI, Badreddine YOUSFI, Claire MALIGOT
Paris, Éditions du CTHS
2016
p. 7-18
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
L’étude des testaments d’artisans et de marchands à Naples de 1622 à 1687 permet une vue d’ensemble de la piété laïque et ses réseaux formels ou informels, articulant et densifiant l’espace urbain. Elle révèle les dynamiques individuelles spirituelles ou religieuses au travers des fins dernières et « ad pias causas ». La morale d’Ancien Régime, attachée à garantir l’« honnête renommée » de la famille et de l’art, se manifeste « formellement » par les directives aux proches, à la parenté de cœur, acteurs des « réseaux sociaux formels et informels ». La transmission patrimoniale confirme leur position, toutefois menacée par les lieux pieux ou leurs acteurs. Il en ressort une mobilité dévotionnelle réticulaire, formelle et informelle, des artisans et marchands de la « Citadelle sacrée », témoignant d’une lente acceptation des ordres réformés jusqu’à la peste de 1656. Les structures dévotionnelles et d’assistance napolitaines complètent l’étude de ces réseaux et de leurs pratiques pieuses.