Le haut clergé séculier dans les réseaux de l’élite dirigeante urbaine du bas Moyen Âge : chanoines, liens familiaux et réseaux politiques à Barcelone à la fin du XVe siècle (à paraître)

 
Julia Conesa Soriano

Extrait de : "Réseaux religieux et spirituels : du Moyen Âge à nos jours (édition électronique)"
Sous la direction de Nicole Lemaitre
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Isabelle BLAHA, Yann BOUYRAT, Marie-Madeleine de CEVINS, Julia CONESA SORIANO, Cécile DUCHER, Laure HENNEQUIN-LECOMTE, Stéphane LECOUTEUX, Jean-Loup LEMAITRE, Sylvain LETEUX, Bruno MAES, Philippe MOULIS, Yafes UYARCI
, Badreddine YOUSFI, Claire MALIGOT
Paris, Éditions du CTHS
p. 43
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
À la fin du Moyen Âge, les membres du haut clergé séculier sont avant tout partie prenante de réseaux, horizontaux, qui les lient à l’élite locale dont ils sont issus. À Barcelone, on observe, à partir de la documentation notariée de la cathédrale, des testaments des chanoines du chapitre et des correspondances du gouvernement municipal, que leur insertion dans ces réseaux familiaux fait des chanoines des acteurs de la vie publique, au-delà de leur rôle d’ecclésiastiques. En tant que chanoines et membres d’une grande famille locale, plusieurs d’entre eux sont ainsi mobilisés à la fin du xve siècle par le gouvernement municipal pour intercéder en faveur de la ville auprès des instances religieuses. Le canonicat est à son tour instrumentalisé pour récompenser des familles anciennes de la ville, mêlant ainsi les réseaux – ecclésiastique et formel d’un côté, familial et informel de l’autre.