Les auteurs des petites revues de patrimoine, réseau pionnier ou circonstanciel ? 1880-1930
2017
Arnaud DHERMY

Extrait de : "La France savante (édition électronique)"
Sous la direction de Arnaud HUREL
Introduction de Nicole LEMAITRE
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Jean-Claude BONNEFONT, Claude-Isabelle BRELOT, Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE, Patrick DEMOUY, Arnaud DHERMY, Thierry LEFEBVRE, François LEFÈVRE, Simone MAZAURIC, Caroline NIESS-GUERLET, Jean-Paul ROTHIOT, Jean-Roger WATTEZ, Marianne ALTIT-MORVILLEZ, Évelyne BARBIN, Bernard DELAUNAY, Bruno DELMAS & Diane DOSSO, Ginette GABLOT, Monique GROS, Jean-François GUILLOT, Anne LOYAU, Cécile PARMENTIER, Sandra PÉRÉ-NOGUÈS, Pascal PIROT, Francis TOURNEUR, Nadine VIVIER, Falilah ADEDOKUN, François GASNAULT, Manon ISTASSE, Yanick LASICA & Dominique TRITENNE, Michel MIEUSSENS, Claude BOUHIER

Paris, Éditions du CTHS
2017
p. 50-61
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
La culture régionale connaît à l’aube du XXe siècle un succès complexe (engouement pour la décentralisation ; développement du tourisme…). La célébration des territoires déborde les communautés érudites, mobilise des environnements plus éloignés, par le moyen notamment de nouvelles revues de vulgarisation. Au-delà du seul aspect cognitif, en une évocation mémorielle et sensible, elle engage une lecture renouvelée des espaces.
À l’examen des sommaires, les contributeurs de ces publications viennent autant des revues poétiques d’avant-garde, de la presse, que des publications savantes ; ils occupent un espace mixte, entre pratiques rédactionnelles et milieux éditoriaux divers : journalisme, création littéraire, érudition, promotion touristique.
Ce réseau ne s’identifie plus selon des appartenances sociale ou géographique. Un décloisonnement des styles, des approches, se fait jour, entre amateurs, enseignants, conservateurs, notables ou entrepreneurs, que rapprochent l’intérêt autour d’un espace donné, sa célébration (« originaires » à Paris, auteurs restés au pays…).
Ses essais éditoriaux montrent un type de communauté qui se cherche, qu’il faut décrire. Celle-ci s’est adressée à un public alors peu identifié. Son existence, parfois, a pu coïncider à une promiscuité précaire entre acteurs du patrimoine différents ; mais elle a pu constituer une préfiguration des transversalités culturelles en région au dernier XXe siècle.