« Anciens » et « nouveaux » Grecs de Bordeaux : nouvelles techniques de communication et conservation
2017
Antoine PASCAUD

Extrait de : "Appartenances et pratiques des réseaux (édition électronique)"
Sous la direction de Claude GAUVARD
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Rudi BEAULANT, Cédric de FOUGEROLLE, Pascaline GAUSSEIN, Philippe NIETO, Antoine PASCAUD, Jennifer PETITJEAN, Michel A. RATEAU, Sébastien SCHICK, Virginie VIGNON, Charles VULLIEZ, Isabelle CHIAVASSA, Bruno DUMÉZIL, Jean Claude FAVIN LÉVÊQUE, Mathilde JOURDAN, Yassine KERVELLA-MANSARÉ, Annie LAGARDE FOUQUET, Camille ROBERT-BŒUF

Paris, Éditions du CTHS
2017
p. 66-76
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
La présence grecque à Bordeaux, historique bien que faible, offre une configuration sociolinguistique remarquable de par la scission clairement marquée entre « anciens » et « nouveaux » migrants. La religion, le rapport à la Grèce et bien sûr la langue sont autant de sujets marquant la rupture entre les deux communautés. L’observation et l’analyse de ces discordances, d’un point de vue linguistique, au regard de la configuration diasporique déclarée des Grecs de Bordeaux et de l’apparition de nouveaux moyens de communication (internet) sont d’un intérêt certain pour la compréhension des diasporas et des migrations. À l’aide d’un panel d’informateurs, il sera mis en évidence que la langue est mieux conservée par les « nouveaux » grâce à ces moyens de communication et qu’elle facilite, en outre, la construction d’un réseau entre pays d’accueil et d’origine. Néanmoins, cette réticularité « numérique » fait perdre bon nombre de traits diasporiques à la communauté des « nouveaux » vis-à-vis des « anciens » qui paraissent donc plus représentatifs de la diaspora grecque.