Réseaux et voyage
Réseaux et voyage : l’exemple de la voyageuse autrichienne Ida Pfeiffer (1797-1858) - 2017
Annie LAGARDE FOUQUET

Extrait de : "Appartenances et pratiques des réseaux (édition électronique)"
Sous la direction de Claude GAUVARD
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Rudi BEAULANT, Cédric de FOUGEROLLE, Pascaline GAUSSEIN, Philippe NIETO, Antoine PASCAUD, Jennifer PETITJEAN, Michel A. RATEAU, Sébastien SCHICK, Virginie VIGNON, Charles VULLIEZ, Isabelle CHIAVASSA, Bruno DUMÉZIL, Jean Claude FAVIN LÉVÊQUE, Mathilde JOURDAN, Yassine KERVELLA-MANSARÉ, Annie LAGARDE FOUQUET, Camille ROBERT-BŒUF

Paris, Éditions du CTHS
2017
p. 192-204
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
L’Européen qui s’aventure hors de son continent bénéficie, au milieu du XIXe siècle, de l’aide et souvent de l’hospitalité des autres Européens. La curiosité, voire l’admiration suscitée par l’Autrichienne Ida Pfeiffer, qui voyage seule et ne vient pas d’un pays colonisateur, expliquent une bonne disposition assez générale à son égard. L’étude du corpus des « relations de voyage de Mme Pfeiffer », constitué de toutes les personnes, citées nommément, ou désignées par leurs fonctions dans ses récits, met en évidence plusieurs réseaux qui se recoupent, se superposent ou se juxtaposent. Le plus important, celui des germanophones, est un « réseau donné », la voyageuse s’y intégrant naturellement par la pratique de sa langue maternelle. Ces réseaux peuvent être préexistants et pérennes (fonctionnaires coloniaux, exilés politiques…) ou ne se constituer et ne durer que le temps de la présence de la voyageuse. Ils participent au déroulement du voyage, orientent et enrichissent parfois le contenu du récit. Après avoir établi une cartographie de ces réseaux, nous examinerons en détail le « réseau savant » dont les ramifications en Europe permettent d’expliquer comment, partie de rien, à une époque où les femmes n’accèdent pas à l’enseignement supérieur, Ida Pfeiffer est admise dans de grandes Sociétés savantes.