Les jardins collectifs constitutifs de réseaux alternatifs au service des urbains Étude de cas de l’Ile-de-France et de Kazan (Russie)
2017
Camille ROBERT-BŒUF

Extrait de : "Appartenances et pratiques des réseaux (édition électronique)"
Sous la direction de Claude GAUVARD
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Rudi BEAULANT, Cédric de FOUGEROLLE, Pascaline GAUSSEIN, Philippe NIETO, Antoine PASCAUD, Jennifer PETITJEAN, Michel A. RATEAU, Sébastien SCHICK, Virginie VIGNON, Charles VULLIEZ, Isabelle CHIAVASSA, Bruno DUMÉZIL, Jean Claude FAVIN LÉVÊQUE, Mathilde JOURDAN, Yassine KERVELLA-MANSARÉ, Annie LAGARDE FOUQUET, Camille ROBERT-BŒUF

Paris, Éditions du CTHS
2017
p. 205-217
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
La notion de réseau est aujourd’hui de plus en plus utilisée en géographie pour décrire les nouvelles relations entre la ville et la campagne. Les jardins collectifs sont une forme ancienne d’agriculture urbaine qui illustre les nouvelles évolutions à l’œuvre dans le périurbain. De fait, ces espaces de jardinage produisent des réseaux économiques, sociaux et spatiaux complexes qui font le lien entre les centres urbains et les périphéries rurales. Les jardins sont alors aux cœurs de dynamiques territoriales multiples et, autrefois considérés comme de simples espaces périphériques, deviennent de véritables centralités.