143e congrès, Paris, 2018 - La transmission des savoirs

jeudi 26 avril 2018 - 14:00


I. Transmettre la cuisine
Chapitre : IV.B.3 - Des sites aux objets archéologiques : apport de la virtualisation

Titre : Écrire et transmettre la cuisine au Moyen Âge : le cas des recettes en latin

Président : CORBIER Mireille, directeur de recherche émérite au CNRS (USR 710), directeur de L'Année épigraphique

La cuisine est par excellence un savoir qui se transmet par le geste et la parole. Sa mise par écrit, minoritaire, circonstancielle et labile, doit donc être interrogée. D’autant que les recettes sont souvent le seul témoignage que l’on ait sur les origines de nos cuisines et de nos gastronomies. Ces questions font l’objet d’un programme conjoint de recherche franco-autrichien ANR-FWF (Agence nationale de la recherche-Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung), intitulé CoReMA (Corpus des recettes culinaires du Moyen Âge : recensement, analyse, visualisation). Il a pour objet de construire une vaste base de données de près de 10 000 recettes et de s’appuyer sur celle-ci pour étudier la circulation des savoirs culinaires à l’échelle de l’Europe. Après une brève présentation des objectifs et des orientations de CoReMA, on développera le cas particulier des recettes qui, en France, en Angleterre, en Italie ou dans l’Empire furent écrites (ou traduites) en latin – et ce dès le XIIe siècle. Pourquoi et comment écrit-on la cuisine en latin, alors qu’elle s’exprime quotidiennement en vernaculaire ? On étudiera les acteurs, le contexte et les modalités d’une transmission qui n’allait pas vraiment de soi.

--
M. Bruno LAURIOUX, Professeur des universités de classe exceptionnelle en histoire du Moyen Âge et de l'alimentation, Président de l'Institut européen d'histoire et des cultures de l'alimentation-Centre d'études supérieures de la Renaissance (IEHCA-CESR), Chargé de mission pour la Cité de la gastronomie, Président du CTHS

Membre de la société savante :
Société de l'histoire de France, Membre

--
M. Corentin POIRIER, Doctorant en histoire à l'université François-Rabelais, Membre du Centre d'études supérieures de la Renaissance (CESR)

Membre de la société savante :
Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne, Membre