143e congrès, Paris, 2018 - La transmission des savoirs

lundi 23 avril 2018 - 09:00


I. De quels savoirs parle-t-on ?
Titre : Le « moment vulgarisateur français » : enjeux et modalités de la diffusion du savoir scientifique et technique à la Libération

Présidents :
VERGER Jacques
, professeur émérite d'histoire médiévale à l'université Paris-Sorbonne, membre de l'Institut
MALAMUT Élisabeth , professeur d'histoire byzantine à l'université d'Aix-Marseille

À la Libération, la science et la technique, à nouveau réunies, sont investies d’une triple mission rédemptrice : tourner la page de la guerre, reprendre confiance et se réconcilier avec l’idée de progrès. En dépit du drame qui l’a enfantée, on salue l’avènement de l’ère atomique et de la technoscience qui doit permettre à la France se renouer avec l’indépendance et la puissance. Les grandes figures qui emblématisent ce tournant « technophanique », comme Frédéric Joliot-Curie, ne doivent pas cacher le mouvement social et politique de grande ampleur qui vise à démocratiser la science et la technique, à éduquer le peuple, mais aussi à ré-enchanter le rapport à la nation et au progrès. Les « savants » acceptent de faire œuvre de vulgarisation ; des revues de sensibilisation sont créées ; les bandes dessinées trouvent une nouvelle source d’inspiration ; une corporation de « vulgarisateurs » professionnels se constitue. C’est ce « moment vulgarisateur », qui occupe une place si mince dans l’historiographie française, que nous souhaitons évoquer.

--
M. Robert BELOT, Professeur des universités en histoire à l'université de technologie de Belfort-Montbéliard, Directeur du laboratoire Recherches et études sur le changement industriel, technologique et sociétal (RECITS)