Voyages au Grand Océan
Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845 - 2005
Hélène Blais
ISBN : 978-2-7355-0588-3
352 p. | 21 x 27 cm | ill. | br.
Collection : CTHS Géographie
N° dans la collection : 4
Code Sodis : F30619.5
commander l'ouvrage [prix : 58,00 €]
Pour avoir été dédiés à la découverte et à la science, les grands voyages de découverte autour du monde du XVIIIe siècle ont acquis un immense prestige. Au lendemain des guerres napoléoniennes, la Marine française tente de renouer avec cette tradition. De grands marins comme Freycinet, Dumont d'Urville ou Dupetit-Thouars partent alors sur les traces de Bougainville et de Lapérouse. Le monde a cependant changé. De 1815 à 1845, les ambitions coloniales renaissent. L'océan Pacifique, qui reste un réservoir de mythes et de rêves pour les Européens, devient simultanément un terrain de convoitise. Il faut répondre à la fois aux normes modernes de précision et aux impératifs géostratégiques qui se modèlent dans cette partie du monde. En 1842, la mainmise française sur les archipels des Marquises et de Tahiti donne aux reconnaissances géographiques une orientation coloniale soudain explicite.
C'est l'histoire encore méconnue de ces voyages océaniens, où les visées impérialistes se mêlent aux objectifs scientifiques, qui est ici racontée. Quels étaient les objectifs politiques et les visées scientifiques de ces explorations ? Que faisaient au juste les voyageurs sur le terrain ? Quel nouveaux savoirs géographiques ont-ils élaboré ? Quel usage a-t-on fait des informations rapportées ?
Hélène Blais montre comment la curiosité géographique et les ambitions coloniales s'articulent de façon inattendue et parfois ambiguë. Les marins comblent les blancs de la carte, donnant ainsi naissance à des géographies du Pacifique qui se distinguent pas leurs usages et leur réception. Mais au-delà, ces voyages au Grand Océan font apparaître, à travers le choix des échelles et les découpages internes, les différents facteurs qui président à l'invention d'un territoire dans un contexte d'expansion coloniale.
Table des matières :
PREMIÈRE PARTIE AUX ORIGINES DES VOYAGES CHAPITRE 1 L’OCÉAN PACIFIQUE DES EUROPÉENS AU DÉBUT DU XIXe SIÈCLE - p. 23 L’exploration du Pacifique - p. 24 - Le temps des découvertes - p. 24 - Une tradition prestigieuse - p. 26 -... (lire la suite...)
Table des matières au format PDF.
Comptes rendus parus dans la presse :
Sciences humaines
02/08/2005 - Benoît Richard
Lire rubrique de la revue "Sciences humaines", n°163, août-sept 2005
Extraits p.72 :

(...) Ce panorama des visions géographiques du Pacifique, illustré de cartes et de croquis d'époque, dresse un large tour d'horizon sur l'histoire des voyages, les circumnavigateurs (voyageurs autour du monde), la colonisation et l'imbrication entre sciences et politique, géographie et impérialisme au début du XIXe siècle. (...)

Sciences et Avenir
03/10/2005 - Bernadette Arnaud pour Sciences et avenir, octobre 2005, p.96
S'évader
Extraits :

(...)
L'historienne Hélène Blais invite à s'interroger sur le passage du voyage à la colonisation des premiers territoires français dans le Pacifique au début du XIXe siècle.

Pour la science
27/06/2006
compte-rendu
Extraits :
(...) Au lendemain des guerres napoléoniennes, la Marine française tente de renouer avec la tradition des voyages d'exploration. L'auteur nous montre comment la curiosité géographique et les ambitions coloniales s'articulent de façon ambigüe : les marins comblent les blancs et inventent des territoires à coloniser...

Revue historique des armées
29/08/2006 - Jean-Baptiste Bruneau
Compte-rendu
Extrait :

(...) Cet inventaire du Pacifique, avec le caractère méthodique et les pratiques empiriques de ses acteurs, avec ses interrogations et ses modes d'explication particuliers, permet de dessiner les contours d'un savoir géographique original, antérieure à l'école vidalienne, dans lequel le marin, avec ses spécificités, a encore une place.