Pierres dressées et mâts-totem : le pilier comme vecteur de communication publique dans les sociétés pré-littéraires
2016
Christian JEUNESSE

Extrait de : "Signes et communication dans les civilisations de la parole (édition électronique)"
Sous la direction de Claude MORDANT, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE et Denis VIALOU
139e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Nîmes, 2014)

Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU
Inès DOMINGO, Sally MAY, Claire SMITH, Patrick PAILLET, Elena MAN-ESTIER, Romain PIGEAUD, Florian BERROUET, Estelle BOUGARD, Primitiva BUENO RAMÍREZ, Rodrigo de BALBÍN BEHRMANN, Rosa BARROSO BERMEJO, Philippe HAMEAU, Maddalena CATALDI, Estelle GAUTHIER et Jean-François PININGRE, Hervé GRUT, Vincent GEORGES, Olivier BUCHSENSCHUTZ, Gilbert-Robert DELAHAYE


Paris, Éditions du CTHS
2016
p. 87-97
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Engagé dans une recherche de références ethnologiques dans le contexte d’une réflexion sur la signification du mégalithisme européen, nous avons été frappé par la diversité des circonstances dans lesquelles sont érigées des pierres dressées et la variété des messages dont elles constituent les supports. Dans certaines sociétés non-mégalithiques, à l’exemple des tribus indiennes de la côte Nord-Ouest de l’Amérique du Nord, les mêmes messages sont portés par des piliers en bois (les « mâts-totems »). D’autres sociétés, notamment en Afrique orientale, utilisent conjointement les deux types de supports. Dans des populations privées d’écriture, les piliers constituent, à côté de la communication orale, un support privilégié de transmission de la mémoire collective. Par leur biais, statuts (des vivants ou des morts), généalogies, épisodes mythologiques, événements – anodins ou marquants – de la vie de la communauté forment un paysage mémoriel beaucoup plus coloré et divers que ne le laissent supposer l’austérité apparente de nos mégalithismes fossiles européens.


Whilst engaging in research on the significance of European megalithism using ethnological references, we were struck by the diversity of the circumstances in which these stones were erected and by the messages they convey. In non-megalithic societies, for example the native tribes of the North-West coast of the United States, the same messages are conveyed using wooden totem poles. Other societies, in particular in East Africa, use both media. In oral societies, these pillars (and oral communication) which transcribe the collective memory : status (of the living and the dead), genealogies, myths, important or anodyne events of community life, make up a more colourful and more diverse memorial landscape than the supposedly more austere environment conveyed by European stone megaliths. (traduction Rebecca Peake)