Pouvoirs locaux et réseaux sous la VIe dynastie égyptienne (vers 2350 - 2200 avant notre ère) : un exemple des usages et des apports de l’analyse des réseaux en égyptologie
2016
Émilie Martinet

Extrait de : "Réseaux politiques et économiques (édition électronique)"
Sous la direction de Henri Bresc
140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015

Émilie MARTINET, Éric LIMOUSIN, Lucile HERMAY & Jack ROSKILLY, Romain MARCHAND, Olivier LAFONT, Jean-Marie YANTE, Christophe CLOQUIER, Solange BAUDOUIN, Patrick BIRÉE, Ingrid HOUSSAYE MICHIENZI, Henri BRESC, Robert CHAMBOREDON, Marie HARDY, Bénédicte BRUN, Philippe JANSEN, Rosemonde LETRICOT, María Isabel QUINTANA MARÍN & Mary Luz MARÍN POSADA, Nathalie ALZAS, Jérôme LOUIS, Jean-Paul STREIFF, Lionel PICARD
2016
p. 15-25
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
  Article en pdf à télécharger gratuitement
Les inscriptions qui proviennent des tombes des élites provinciales datées de la VIe dynastie (2350 à 2200 avant notre ère) permettent de mettre en évidence les réseaux qui structuraient la société provinciale en Égypte ancienne à cette époque. À partir de l’étude d’un petit nombre de réseaux égocentrés, il est possible d’analyser le processus par lequel le fonctionnaire principal peut accéder à un statut social plus élevé. Si l’étendue du réseau contribue à augmenter son pouvoir, les liens de certains des membres du réseau avec différentes sphères du pouvoir et leur appartenance à d’autres réseaux sont déterminants dans ce processus. Ces deux exemples de réseau permettront de proposer un aperçu des nouvelles perspectives de recherche offertes par la social network analysis en égyptologie.