MORIN Henri

Naissance: 1655 à Saint-Pierre-Sur-Dives (Calvados) - Décès: 16 juillet 1728 à Caen (Calvados)

Société(s)
Biographie
Henri Morin, fils aîné d'Etienne Morin, fameux ministre de la religion réformée, et d'Hélène le Paulmier, nièce du savant Jacques le Paulmier de Grentemesnil.
Il fut retenu à Caen après le départ de son père et de sa mère en Hollande après la révocation de l'édit de Nantes. Il fut instruit dans la religion catholique. Il vint de bonne heure à Paris où il s'attacha à l'abbé de Caumartin. Il fut reçu à l'Académie royale des inscriptions et belles lettres en qualité d'élève en 1706, puis d'associé en 1713, et en 1724 pensionnaire. Il se retira en 1727 sans demander la vétérance. Il traita de différents sujets relatifs aux cultes et aux divinités de la Grèce et de Rome.
Sources biographiques
- Moreri, Le grand dictionnaire historique, éd 1759, t. 7, p.791.
- L.-F. - Alfred Maury, Les académies d'autrefois. L'ancienne Académie des inscriptions et belles lettres, Paris, 1864, Gallica, Bibliothèque nationale de France, p. 42, 44, 62, 92, 155.
Bibliographie
Ses mémoires ont été publiés dans les mémoires de l'Académie des belles lettres:
- t.1; Des victimes humaines; Conjectures sur un passage de Joseph;Sur les dieux Pataeques ou Pataïques; Des augures;
- t.2. : Différentes conjectures sur l'Anchialus de Martial;
- t.3; Des privilèges de la main droite;Des baisemains; De l'usage de la prière pour les morts parmi les païens;
- t. 4. : De l'usage du jeûne chez les anciens, par rapport à la religion; Histoire critique de la pauvreté; Histoire critique du célibat; Question académique, pourquoi on fait des souhaits en faveur de ceux qui éternuent ?;
- t. 5; De l'or et de l'argent; Sur le chant mélodieux attribué aux cygnes par les anciens.

Rédacteur(s) de la notice : Marjorie Jung, Bruno Delmas
Fiche créée le 24/07/2013 - Dernière mise à jour le 29/10/2013
© copyright CTHS-La France savante.