142e congrès, Pau, 2017
Circulations montagnardes, circulations européennes

Colloque Monastères de montagne, des origines à nos jours
Chapitre : Session « Transmission des savoirs par cartographie »

Titre : Marges et marches seigneuriales : l'accueil des moines blancs par l'aristocratie auvergnate et vellave

Les abbayes cisterciennes d’Auvergne et du Velay sont établies sur des frontières interseigneuriales : elles se situent en marge des sièges féodaux dont elles dépendent, mais en position de marche vis-à-vis des voisins. Parfois, elles intègrent un limes entre deux puissances concurrentes ; l’abbaye agit alors comme un poste avancé. Ces fondations participent d’une politique territoriale offensive, mais pacifiste, au risque de l’oxymore. Elles confèrent aux terres qu’elles investissent une certaine forme de sacralité, ainsi que l’immunité qui leur est due, tout en servant les prétentions d’expansion des seigneuries laïques, sans coup férir. À travers les exemples des établissements féminins de Mègemont, Clavas et la Séauve-Bénite, ou encore de l’abbaye d’hommes de Feniers, nous aborderons le rôle qu’a pu donner l’aristocratie locale aux établissements cisterciens dans les enjeux territoriaux du XIIe siècle. Pour ce faire, l’enquête prend en compte les données prosopographiques et l’histoire seigneuriale locale (sources éditées, historiographie ancienne et récente), et use de la cartographie historique afin d’illustrer le caractère frontalier et l’affirmation dynastique de ces fondations monastiques de montagne.


Mme Emma BOUVARD, docteur en archéologie médiévale, attachée de conservation du patrimoine au service archéologie de la ville de Lyon, membre des laboratoires ARAR (Archéométrie et archéologie) UMR 5138 et ADES (Anthropologie bioculturelle, droit, éthique et santé), UMR 7268, Aix-Marseille université, CNRS