126e congrès, Toulouse, 2001 - Terres et hommes du Sud


Thème 2 : structures politiques et évolution des sociétés

Sous-thème : Religion, politique et sociétés

Chapitre : Passions religieuses et passions politiques

Titre : L'Église du Viaur : les derniers partisans de l'obédience avignonnaise dans le Midi (1420-1470)

Depuis l'étude de Noël Valois, les prolongations du Grand Schisme dans le Midi sont connues : en 1424, Jean Carrier, archidiacre de Saint-Antonin au chapitre de Rodez et cardinal créé par Benoît XIII, refuse de reconnaître Clément VIII et élit lui-même un successeur, Benoît XIV - un certain Bernard Garnier, sacriste de Rodez. Il se retire dans les gorges du Viaur où, sous la protection du comte Jean IV d'Armagnac, il maintient une cour
pontificale jusque vers 1430. À la fin du XVe siècle, quelques laïcs seront même mis au bûcher pour appartenance à cette Église du Viaur.
Les recherches historiques récentes ont éclairci plusieurs points : le contexte prophétique, la carrière ecclésiastique de Jean Carrier, le devenir discret de Bernard Garnier après 1430 , ou encore le rôle du chapitre cathédral de Rodez dans cette dissidence.
Une telle aventure a de quoi surprendre : Jean Carrier reproduit, à plus petite échelle, l'obstination sincère de Benoît XIII envers et contre tous, à tel point que son personnage a inspiré de nombreux romanciers. L'étude d'un essai inédit de Jean Carrier conservé à la bibliothèque nationale de France permet de mieux comprendre son engagement personnel. Mais il faut aussi se demander si la région des gorges du Viaur, aux frontières de l'Albigeois et du Rouergue, n'est pas une terre d'élection pour toute dissidence : les partisans de Benoît XIV à la fin du Moyen Âge, puis les Enfarinés sous le Concordat.


--
M. Matthieu DESACHY, Conservateur de bibliothèque