Pour une typologie des cercles en Provence
2003
Pierre Chabert

Extrait de : "L'homme du Midi. Sociabilités méridionales (édition électronique)"
sous la direction de Christian Desplat ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Michel Combet, Caroline Barrera, Philippe Martel, Pierre Chabert, Jean-Michel Delaplace, Francis Brumont, Pierre-Jacques Olagnier, Dominique Bidot-Germa, Muriel Gény-Mothe, Paul Dietschy, Laurent Macé, Jean-Yves Puyo, Sébastien Ramé, Yves Morales, Jean-Paul Laplagne
Paris, Éditions du CTHS
2003
p. 67-81
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La sociabilité méridionale a inspiré nombre de chercheurs et d’universitaires, tant historiens qu’ethnologues. Il faut dire que le cercle en Provence est une institution encore vivace.
Dans cet article, le cercle, association que l’on rencontre aussi bien dans les villes que dans les villages, est l’objet d’une approche multiréférentielle, originale, qualifiée d’ethnolinguistique, qui prend en compte les dimensions ethnologiques, dialectologiques et historiques du sujet. L’étude est basée d’une part sur des pré-enquêtes à partir des Archives départementales et d’autre part sur des enquêtes de terrain où différents présidents et membres de cercles ont été enregistrés, étude donc en diachronie et surtout en synchronie.
Une méthode de classification s’imposait, puisqu’elle n’a jamais à peu près été réalisée, qui considère la réalité du cercle aujourd’hui en mettant donc en évidence une typologie de cette sociabilité assez spécifique.
Cette typologie tient compte de la dimension historique de la société, de ses rituels et de son aréologie, c’est-à-dire de sa particularité dans l’aire dialectale. Par cette démarche herméneutique, certains faits peuvent être soulignés qui intéressent certes l’anthropologue ou l’historien régional mais aussi l’ethnographe ou l’ethnolinguiste