La Maison de l'Europe de Douai : propager l'idéal européen

 
Monique Mestayer

Extrait de : "Réseaux culturels européens (édition électronique)"
sous la direction de Robert Deloince et Gérard Pajonk ; 125e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000

Françoise Waquet, Jean Prouvost, Suzanne Débarbat, Henk Kubbinga, Christine Gaudin-Naslin, Markus Kohl, Marion Muller-Dufeu, Tangi Villerbu, Simone Mazauric, Roger Texier, Simone Dumont, Michelle Garnier-Butel, Marie-Suzanne Binétruy, Jean Flouret, Chantal de Tourtier-Bonazzi, Monique Mestayer, Michel Colardelle, Christian Bromberger, et Isac Chiva, Pierre Albert, Christian Bange, Bemard Rollet, Jean-Loup d'Hondt
Paris, Éditions du CTHS
p. 217-226
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 3,00 €]
La maison de l'Europe créée en 1955 fut la première en France et en Europe. Elle rassembla dès le début tous les Douaisiens convaincus de la nécessité de l'Europe, au-delà de leurs divergences politiques, afin de promouvoir l'idéal européen et de diffuser auprès de tous les habitants du Douaisis cette idée neuve : créer les États-Unis de l'Europe. Conférences, débats, publication d'un bulletin trimestriel, aides au jumelage avec des villes de l'Allemagne, de la Belgique, de l'Angleterre, accueil des étrangers, initiation aux langues européennes, organisation de voyages de découvertes des pays européen, centre de documentation sur l'Europe et ses institutions, la Maison de l'Europe fut et est encore tout cela et bien autre chose encore. Membre de la Fédération internationale et de la Fédération française des Maisons de l'Europe qu'elle a contribué à fonder, elle organise aussi des séminaires internationaux de formation sur l'Europe et son avenir en rassemblant des membres de plusieurs maisons. Le rayonnement de ses présidents successifs à Douai et dans l'Europe entière se révèle ainsi d'une grande fécondité. La Maison a déposé ses archives aux archives municipales de Douai, ce qui a facilité l'étude de son développement. Le dépouillement de la collection de ses bulletins a permis de tracer les grandes lignes de son action et de découvrir le rôle de ses militants.