Prostitution, diffamation et vie quotidienne dans un village de banlieue sous l’ancien Régime (Sucy-en-Brie, 1672)
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 39, 1988) - 1988
Françoise BALARD

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 39, 1988)"
Yvonne LABBE, Françoise BALARD, Anne LOMBARD-JOURDAN, Dominique DINET, Julia FRITSCH

Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1988
66 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 10,00 €]
Françoise Balard présente dans cet article un monitoire de 1672. Le monitoire était un acte de procédure ecclésiastique émanant de l’évêque ou de l’official. Il obligeait les personnes témoins directs ou indirects d’une affaire judiciaire à venir la révéler dans les trois jours sous peine d’excommunication. L’étude porte sur une plainte déposée par vingt-deux chefs de famille de Sucy-en-Brie contre le jardinier Pierre le Loup, ayant ruiné leur honneur et la réputation de leurs femmes. Ce document éclaire sous un nouveau jour la vie dans le village de Sucy en 1672 (rapports sociaux, vie quotidienne, modes de vie...) ainsi que les mœurs qui y sont décrites.