A propos d'une pierre tombale de l'église de Forges (Seine-et-Marne)
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 45, 1994) - 1994
Gilbert-Robert DELAHAYE

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 45, 1994)"
Marcel-M. CHARTIER, Philippe MARQUIS, Albert DIDON, Marie-Thérèse HERLÉDAN, Michèle MERGER, Patrick GOUGE, Daniel MORDANT, Gilbert-Robert DELAHAYE, Paulette CAVAILLER, Pierre MERCIER, lsabelle BACKOUCHE, Bernard MOURAZ, Philippe RUER, Jean MARAIS, Bernard LE SUEUR, Christian CHAUDRE, Frédéric DELAIVE, Jacques DESSAIN, Alain GALOYER, Jean-Pierre BLAZY, Damien BLANCHARD, Marc VALENTIN, Dominique HERVIER, Laurent ROBERT, Paule FIEVET, André JAUDIN CARRE, Louis THOMAS, Jean FAVIER, Bernard BRIFFA
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1994
8 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
La commune de Forges est située au nord de Montereau-fault-Yonne, sur le rebord du plateau briard, en haut d’un coteau qui descend en pente douce vers la Seine, située à 1500 mètres environ vers le sud. Au bas de cette pente, en bordure de Seine, s’étendaient le hameau et le château de Courbeton qui relevèrent de la seigneurie de Forges. L’objet de cette étude, la dalle funéraire, datée du XVè ou du XVIè siècle, est située près du portail occidental de l’église Saint-Baudel. Cette dalle ne représente pas le défunt un pied, mais des instruments rappelant son métier. La représentation des objets d’un métier sur un monument funéraire est une résurgence d’une pratique attestée dès l’époque antique où les artisans étaient fréquemment figurés sur leur stèle mortuaire entourés des objets de leur profession. La dalle aux instruments des Forges s’inscrit donc dans une tradition plus que millénaire.