Les galiotes de Sèvres et de Saint-Cloud (1539-1790)
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 45, 1994) - 1994
Pierre MERCIER

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 45, 1994)"
Marcel-M. CHARTIER, Philippe MARQUIS, Albert DIDON, Marie-Thérèse HERLÉDAN, Michèle MERGER, Patrick GOUGE, Daniel MORDANT, Gilbert-Robert DELAHAYE, Paulette CAVAILLER, Pierre MERCIER, lsabelle BACKOUCHE, Bernard MOURAZ, Philippe RUER, Jean MARAIS, Bernard LE SUEUR, Christian CHAUDRE, Frédéric DELAIVE, Jacques DESSAIN, Alain GALOYER, Jean-Pierre BLAZY, Damien BLANCHARD, Marc VALENTIN, Dominique HERVIER, Laurent ROBERT, Paule FIEVET, André JAUDIN CARRE, Louis THOMAS, Jean FAVIER, Bernard BRIFFA
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1994
28 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
Les historiens de Paris mentionnent l’existence d’un bateau, la galiote, desservant Sèvres et Saint-Cloud, aux XVIIè et XVIIIè siècles. Ce service public de voyageurs par voie fluviale tire son origine d’un bail du 6 janvier 1539. Le service est prévu trois fois par semaine, avec départ de Sèvres et retour de Paris le soir même. Seul transport de masse à bon marché, la galiote a connu un grand succès auprès de la population parisienne désirant se rendre en banlieue ouest ou à Versailles. Ce succès a engendré une lutte acharnée entre les possesseurs des galiotes, d’où d’innombrables procès. Ce service disparaîtra au début du XIXè siècle, devant les bateaux à aubes et la vapeur. L’article décrit dans le détail et avec illustrations et textes à l’appui l’origine du mot, la navigation, les tarifs, les usagers, la vie dans la galiote ainsi que la fiscalité, le droit de péage, certains aspects juridiques, la concurrence entre les galiotes de sèvres et de Saint-Cloud.