Un moulin à eau d'époque médiévale en Bassée
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 45, 1994) - 1994
Alain GALOYER

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 45, 1994)"
Marcel-M. CHARTIER, Philippe MARQUIS, Albert DIDON, Marie-Thérèse HERLÉDAN, Michèle MERGER, Patrick GOUGE, Daniel MORDANT, Gilbert-Robert DELAHAYE, Paulette CAVAILLER, Pierre MERCIER, lsabelle BACKOUCHE, Bernard MOURAZ, Philippe RUER, Jean MARAIS, Bernard LE SUEUR, Christian CHAUDRE, Frédéric DELAIVE, Jacques DESSAIN, Alain GALOYER, Jean-Pierre BLAZY, Damien BLANCHARD, Marc VALENTIN, Dominique HERVIER, Laurent ROBERT, Paule FIEVET, André JAUDIN CARRE, Louis THOMAS, Jean FAVIER, Bernard BRIFFA
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1994
6 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
Au sud de Provins le cours de la Seine traverse une région marécageuse comprise entre les villes de Nogent-sur-Seine et Bray-sur-Seine. Cette contrée boisée et marécageuse est dénommée "La Bassée". Un cours d’eau sinueux, la Vieille Seine, parallèle au fleuve et qui le rejoint à Noyen, fut sans doute aux époques antiques un cours d’eau navigable dont les noues furent utilisées pour l’implantation de nombreux moulins et de bassins aménagés en pêcheries. L’étude de l’un de ces moulins a permis, grâce à des recherches en archives en complément des fouilles, d’éclairer le contexte historique et géographique du secteur, mais n’ont pas permis de préciser l’origine de ce moulin, ni la date et la cause de sa disparition. Cependant, la Bassée, connue pour ses vestiges d’occupation préhistorique et gallo-romaine commence à livrer les preuves d’une importante activité agricole et artisanale au Moyen Age.