Les moulins de la vallée du Croult du XVIIe au début du XIXe siècle
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 45, 1994) - 1994
Jean-Pierre BLAZY

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 45, 1994)"
Marcel-M. CHARTIER, Philippe MARQUIS, Albert DIDON, Marie-Thérèse HERLÉDAN, Michèle MERGER, Patrick GOUGE, Daniel MORDANT, Gilbert-Robert DELAHAYE, Paulette CAVAILLER, Pierre MERCIER, lsabelle BACKOUCHE, Bernard MOURAZ, Philippe RUER, Jean MARAIS, Bernard LE SUEUR, Christian CHAUDRE, Frédéric DELAIVE, Jacques DESSAIN, Alain GALOYER, Jean-Pierre BLAZY, Damien BLANCHARD, Marc VALENTIN, Dominique HERVIER, Laurent ROBERT, Paule FIEVET, André JAUDIN CARRE, Louis THOMAS, Jean FAVIER, Bernard BRIFFA
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1994
51 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 10,00 €]
La petite vallée du Croult entre Goussainville et Saint-Denis où le cours d’eau conflue avec la Seine, a été très tôt un centre important de la meunerie francilienne. Dès la fin du XVIè siècle, le développement de la boulangerie foraine aidant, tous les moulins ou presque étaient des moulins à grains. Pour l’essentiel, la meunerie de la vallée du Croult du XVIIè à la fin de la première moitié du XIXè siècle s’insère dans le système d’approvisionnement frumentaire de la capitale tout en connaissant au cours de ce temps long des mutations. De même la condition sociale du meunier subit-elle des évolutions. Cette étude tente de saisir le rôle et la place du meunier dans un des plus importants "ventres de Paris".
L’article, illustré de cartes, graphiques, plans et photos, se divise en deux parties :
I – La meunerie de la vallée du Croult sous l’Ancien Régime (le nombre de moulins, la production, le meunier et les autres, les meuniers en temps de crise et crise de la meunerie)
II – La meunerie de la vallée du Croult : de la Révolution à la fin de la première moitié du XIXè siècle (Les enquêtes de la Révolution et de l’Empire, le renforcement économique et social de l’élite des meuniers, la réussite des meuniers-marchands dans la première moitié du XIXè siècle, les moulins à eau menacés par la "modernité")