Du plat pays à la capitale : destins d'une famille de boulangers parisiens, les Destors de Gonesse (de la fin du règne de Louis XIV à la Monarchie de juillet)
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 46, 1995) - 1995
Jean-Pierre BLAZY

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 46, 1995)"
Béatrix DE BUFFEVENT, jean JACQUART, Luc COLPART, Jean DUCHENE, Jean-Pierre BLAZY, Jean-Marc CIVARDI, Jérôme FRANCE
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1995
32 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
L’histoire du lignage des Destors sur la longue durée (cinq à six générations) illustre un des aspects essentiels de l’économie rurale non agricole des campagnes parisiennes sous l’ancien Régime, la boulangerie foraine particulièrement dynamique au nord de Paris. Elle constitue également un exemple de la mobilité sociale dans le plat pays parisien et dans la capitale. Deux trajectoires différentes se dessinent au sein de la famille des Destors. Leur réussite économique à la ville et à la campagne se double d’une réussite sociale, puisque, sous la Monarchie de Juillet, les Destors, accèdent également au monde étroit des notables. Plan de l'article:
I – De Pierre à Jean-Baptiste, une dynastie de boulangers et de laboureurs-boulangers (Milieu XVIIè siècle-fin XVIIIè siècle)
II – L’abandon de la boulangerie et les débuts d’une nouvelle ascension sociale (fin XVIIIè-début XIXè siècle)
III – La réussite des Destors, bourgeois et notables sous la monarchie constitutionnelle