La rue du Grand Chantier. N° 60 à 76, rue des Archives. Etude topographique et architecturale du XVIIe siècle à nos jours
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 47**, 1996) - 1996
Isabelle DERENS et Alexandre GADY

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 47**, 1996)"
Isabelle DERENS, Alexandre GADY, Pierre CASSELLE, Georges POISSON
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1996
91 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 10,00 €]
Loin du flux touristique, les quartiers situés au nord de la rue des Quatre-Fils renferment encore de beaux vestiges du Marais classique. La rue des Archives, particulièrement, a conservé toute une série d’hôtels particuliers du XVIIè siècle dans une partie qui formait jadis la rue dite du Grand Chantier. En vérité, seule la rive orientale de cette voie passante renferme un patrimoine ancien, l’autre rive ayant été complètement bouleversée. C’est donc autant l’étude d’un îlot que celle d’une rue que présente cet article. L’histoire des hôtels de l’îlot est illustrée de plans et photographies.
- L’hôtel de Guénégaud des Brosses (n°60, rue des Archives)
- L’hôtel de Mongelas (n°62, rue des Archives)
- L’hôtel de la Michodière (n°64, rue des Archives)
- L’hôtel Le Juge, puis de Vougny, puis d’Anglade (n°66, rue des Archives)
- L’hôtel de Refuge, puis de Vougny (n°68, rue des Archives)
- Hôtels de Montescot et de Villeflix (n°70 et 72, rue des Archives)
- Hôtels Tallemant, Lebys et Cosme (n°74 et 76, rue des Archives et 17, rue Pastourelle)