Syndics et Marguilliers d’Argenteuil face à leurs mandants
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 38*, 1987)
Gérard TROUPEAU

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 38*, 1987)"
Jean JACQUART, Annick DESTHUILLIERS, Marie-Thérèse HERLEDAN, Robert DESCIMON, Gérard TROUPEAU, André PARIS, Hector GABE, André Germain GARDEBOIS, Pierre MERCIER, Jean GAY, Claude PENNETIER, Yolande ZEPHIRIN, Philippe BUYLE, Jean BESSON, Claire BERCHE, Jean-Paul BRUNET, Jean-Claude CAVARD, Dominique HERVIER, Marie-Agnès PERAULT, Laurence LE LOUP
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
198712 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
Les comptes des marguilliers et des syndics étudies par Gérard Troupeau sont de véritables journaux qui nous renseignent sur leur travail au jour le jour et sur leurs préoccupations quotidiennes. La position du syndic était inconfortable puisqu’il était pris entre les doléances des habitants qu’il était censé défendre, et les décisions des autorités, qu'il était censé appliquer. De plus, le syndic était obligé de solliciter l’avis des habitants et la permission des autorités avant d’entreprendre la moindre chose. Cependant, le syndic n’était pas seul : dans toutes ses démarches, il se faisait assister par les marguilliers en charge et par les anciens syndics et marguilliers, avec lesquels on peut dire qu’il gérait collégialement les affaires de la paroisse.