Approche de la communauté villageoise dans la région de Montfort-L’Amaury au début du XVIIIè siècle
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 38*, 1987) - 1987
André PARIS

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 38*, 1987)"
Jean JACQUART, Annick DESTHUILLIERS, Marie-Thérèse HERLEDAN, Robert DESCIMON, Gérard TROUPEAU, André PARIS, Hector GABE, André Germain GARDEBOIS, Pierre MERCIER, Jean GAY, Claude PENNETIER, Yolande ZEPHIRIN, Philippe BUYLE, Jean BESSON, Claire BERCHE, Jean-Paul BRUNET, Jean-Claude CAVARD, Dominique HERVIER, Marie-Agnès PERAULT, Laurence LE LOUP
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1987
19 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
A partir de séries notariales et judiciaires, il est possible de présenter ici une synthèse sur la communauté villageoise de Montfort-L’Amaury : les compétences de la communauté (gestion du terroir, défense des habitants, la fabrique et la paroisse), fonctionnement de la communauté (l’assemblée, le syndic, les marguilliers). Il découle de cette étude que, à travers ses interventions, la communauté s’affirme au début du XVIIIè siècle comme une réalité vivante mais aussi comme une réalité très menacée dans sa structure classique. Déjà très encadrée par l’Eglise, le seigneur et son administration, la communauté est menacée de l’extérieur par l’administration royale, symbolisée par la toute puissance de l’intendant, cependant que le Parlement infléchit la coutume et préfigure le compromis du code rural de 1791.