Les congrégations enseignantes de Rueil interdites en 1903
(extrait de Paris et Ile-de-France - Mémoires, tome 48, 1997) - 1997
Dominique HELOT-LÉCROART

Extrait de : "Paris et Ile-de-France - Mémoires (tome 48, 1997)"
Michel MOLLAT, Jean-Loup LEMAITRE, Jean-Louis BERNARD, Gilbert-Robert DELAHAYE, Philippe RACINET, Luc COLPART, Constance H. BERMANN, Michel REULOS, Gaston DUCHET-SUCHAUX, Coloman E. VIOLA, Jean-Pierre OLLIVIER, Marc VERDIER, Lionel JENJEAU, Valérie CUBADDA, Michelle PLUQUET, Annick LALUCQ, Anne LOMBARD-JOURDAN, Mgr Michel VESSIERE, Marie-Thérèse HERLEDAN, Jacques DESSAIN, Roselyne BUSSIERE, Gérard TROUPEAU, Bernadette DIEUDONNE, Roland GARNIER, Jacques GELIS, Isabelle BRIAN, R. P. Aidan BELLANGER, Pierre MORACCHINI, Damien BLANCHARD, Marie-Claude LECLERCQ, Preston M. PERLUSS, Alexandre GADY, Sophie HASQUENOPH, Christine GARMY, Marie-Claude DINET-LECOMTE, Isabelle Du PASQUIER, Sœur Madeleine de SAINT-JEAN, Dominique HELOT-LÉCROART, Simone GRANBOULAN-FÉRAL, Jacqueline VIVIEN, Anne MOREAU-NÉRET
Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Ile-de-France
1997
10 p.
Collection : Paris et Ile-de-France. Mémoires
Édition électronique, texte vendu en PDF
commander le PDF [prix : 5,00 €]
A la fin du XIXè siècle, sous le Second Empire, Rueil reflète l’expansion des congrégations enseignantes en France. Quatre ordres sont représentés dans cette ville d’environ 10.000 habitants. Lorsque les lois contre l’enseignement congréganiste furent instaurées, Rueil fut durement frappé, car ces écoles faisaient partie de la vie communale. Et ce ne fut pas sans bruits que les habitants de Rueil réagirent. L’auteur de l’article rappelle quelles furent ces congrégations qui jouèrent un rôle important à Rueil.