Aménagements routiers en Ariège et perception du paysage: le tronçon Foix - Tarascon-sur-Ariège
2005
Christine Vergnolle-Mainar

Extrait de : "Paysages, territoires, aménagements dans le sud de la France (édition électronique)"
sous la direction de Jean-Louis Tissier ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

Etienne Auphan, Michel Bartoli, Bernard Gonot, Guy Mainet, Philippe Vallette, Jean-Paul Métailié, Christine Vergnolle Mainar, Emmanuel Garnier, Jean-Yves Puyo, Robert Sourp, Jean-Luc Laffont, René Plessix, Jean-Louis Escudier
Paris, Éditions du CTHS
2005
p. 49-59
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

La vallée de l'Ariège est le siège d'aménagements routiers importants qui visent à doubler l'actuelle Route Nationale 20 par une voie rapide : l'E 09 . Cet axe, qui s'inscrit dans le programme d'amélioration des communications transpyrénéennes, mettra à terme en relation le tunnel du puymorens et l'autroroute A 66 (et au-delà l'autoroute des deux mers).
L'objectif de ce projet est essentiellement économique : permettre à la fois un désenclavement et un décloisonnement de l'Ariège, et ouvrir une voie de délestage pour la route du Perthus qui tend à être saturée.
Le tronçon de Foix à Tarascon est d'ores et déjà ouvert à la circulation. Il a été réalisé le long du bord de la vallée, principalement en rive gauche. Le choix de ce tracé permettait d'éviter non seulement les villes et les villages mais aussi les zones où se concentre l'essentiel de l'activité économique locale (industries et terroirs agricoles). La nouvelle route serpente donc au niveau de la rupture de pente entre le versant et le fond de la vallée. Cette implantation n'est pas sans incidence: d'une part elle induit que la nouvelle infrastructure est légèrement en surplomb par rapport à la vallée et d'autre part elle a rendu nécessaires de nombreux ouvrages d'art (viaducs et surtout tranchées).
La perception du paysage ariégeois qu'a un automobiliste qui emporunte cette nouvelle route est très différente de celle qu'a un usager de l'ancienne N 20. Par l'E 09 le voyageur n'a que de brefs aperçus du paysage au travers des"fenêtres" entre les tranchées. Il ne voit alors guère l'urbanisation des bords de rivière et a surtout des vues panoramiques sur les montagnes qui dominent la vallée . L'image de l'Ariège qu'il perçoit est celle d'un pays montagneux et sauvage. Au contraire en empruntant la Nationale 20 on passe par de nombreux villages. Les alignements de maisons le long de la route ainsi que la localisation en fond de vallée en font que l'espace montagnard offert à la vue est beaucoup plus restreint que par l'E 09. C'est alors l'image d'une Ariège peuplée et active qui est donnée au voyageur.