De bois et de terre, les couverts du Mirepoix
2005
Daniel LELOUP

Extrait de : "Carrières et constructions en France et dans les pays limitrophes (édition électronique)"
sous la direction de Jacqueline Lorenz et Jean-Pierre Gély ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

BLANC Annie, GIRARDY-CAILLAT Claudine, LORENZ Jacqueline, PÉNISSON Élisabeth, TARDY Dominique, CHAURIS Louis, COUTELAS Arnaud, HEIJMANS Marc, ARRIBET-DEROIN Danielle, DEROIN Jean-Paul, BERNARD Nicolas, CANTET Marie, FRABOULET Julien, ESQUIEU Yves, GÉLY Jean-Pierre, GROESSENS Éric, GUINI-SKLIAR Ania, HARTMANN-VIRNICH Andreas, LELOUP Daniel, MAZERAN René, NÈGRE Valérie, PERRIN Arlette
Paris, Éditions du CTHS
2005
p. 205-218
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Construits à partir du XIIIe siècle, les "couverts" de Mirepoix illustrent parfaitement la tradition médiévale de l'utilisation des matériaux locaux pour la construction de l'habitat urbain. Réaliséee à moindre coût, à partir de forêts de proximité et d'argile extraite sur place, cette architecture a longemps été considérée comme mineure, car elle ne met en oeuvre aucun matériau noble comme la pierre ou le marbre. Maisons vernaculaires reflétant les us et coutumes d'une région, des "couverts" de Mirepoix témoins dela créativité des ateliers locaux, n'abritent pas pour autant un mode de vie isolé ou marginal. En effet, de nombreuses bastides du sud-ouest possèdent des maisons à porche du même type comme, par exemple, Saint-Sulpice-sur-Lèze.
Cette typologie n'est pas particulière aux "hommes du sud", d'autres régions -Bretagne, Normandie, ont réalisé des modèles comparables.