Les granitoïdes employés en décoration dans les monuments romains et paléochrétiens du sud-est de la France
2005
René MAZERAN

Extrait de : "Carrières et constructions en France et dans les pays limitrophes (édition électronique)"
sous la direction de Jacqueline Lorenz et Jean-Pierre Gély ; 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001

BLANC Annie, GIRARDY-CAILLAT Claudine, LORENZ Jacqueline, PÉNISSON Élisabeth, TARDY Dominique, CHAURIS Louis, COUTELAS Arnaud, HEIJMANS Marc, ARRIBET-DEROIN Danielle, DEROIN Jean-Paul, BERNARD Nicolas, CANTET Marie, FRABOULET Julien, ESQUIEU Yves, GÉLY Jean-Pierre, GROESSENS Éric, GUINI-SKLIAR Ania, HARTMANN-VIRNICH Andreas, LELOUP Daniel, MAZERAN René, NÈGRE Valérie, PERRIN Arlette
Paris, Éditions du CTHS
2005
p. 219-230
Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique)

  Télécharger le document (les articles de plus de 3 ans sont gratuits)

Si l'origine des approvisionnements en marbre d'un grand nombre de cités gallo-romaines est aujourd'hui bien connue, celledes granites ornementaux demeure en revanche souvent méconnue ou, tout du moins, controversée. Les granitoïdes employés dans le Sud-Est de la France semblent des produits importés. Pour ce qui est dees colonnes, on notera l'omniprésence du granite de Troade dans les vestiges examinés, ce matériau étant couramment réemployé dans les édifices religieux de l'époque romaine. Le granite de l'ïle d'Elbe est fréquent, à l'exception du théâtre d'Orange. Le granite de Mysie est aussi relativement important. Les granites égyptiens d'Assouan et de Djerba Fatireh sont peu représentés.
Pour ce qui est des placages, les diorites et gabbros égyptions ont généralement été préférés aux granittes cités.